En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Société Publié Le 27/01/2012 à 18h23

France : Polémique parmi les fondateurs de la Muslim Pride

Rien ne va plus entre les membres de cette association dont l’objectif est d’œuvrer pour une meilleure compréhension de l’Islam. Dans un communiqué rendu public hier jeudi, des membres de confession musulmane remettent en cause leur visibilité au sein du mouvement et dénoncent des «comportements fourbes» de la part d’un des membres du groupe dénommé Raphael Liogier. De l’avis des membres musulmans, ce professeur et ses étudiants «appellent à la croyance d'un Islam moderne». Ils ont ainsi annoncé leur désolidarisation pure et simple de la Muslim Pride.

Des membres musulmans ont pris le temps de se désolidariser de la Muslim Pride

«La Muslim Pride prétend d’œuvrer pour le rayonnement de la religion musulmane, mais ignore les musulmans». C’est le résumé d’un communiqué paru hier jeudi et paraphés par plusieurs membres de confession musulmane. Jamel El Hamri, l'un des membres fondateurs s’insurge particulièrement contre le professeur de sociologie à Sciences Po Aix, Raphael Liogier, à l’origine de l’idée première.

Un premier groupe s’était constitué autour de ce dernier en avril 2011 afin de «densifier la réflexion et planifier l'organisation de la Muslim Pride». «Par ces temps d’islamophobie et de paranoïa autour de la religion musulmane, il s’agissait pour tous de sortir de la logique selon laquelle l’Islam est un boulet, et ce au travers de manifestations culturelles et humoristiques», confie le jeune homme contacté par Yabiladi.

Le corpus intellectuel a pris ainsi forme aux alentours de mai/juin et «des efforts ont été successivement réalisés au fur et à mesure pour un rayonnement progressif de l’idée originelle». Dans la perspective de rassembler des collaborateurs et d’étendre le réseau, «de nombreux militants associatifs de confession musulmane ont été sollicités tout au long de l’été afin de les associer à la dynamique qui commençait à prendre forme».

Clashs et quiproquos par la suite

Les discussions sont allées crescendo entre les fondateurs et à un moment s’est posé la question de la création d’une association en bonne et due forme. «Raphael Liogier voulait absolument devenir le porte parole du groupe, ce que nous avons jugé peu pertinent puisque la visibilité des musulmans devenait réduite». Ce dernier que nous avons tenté de contacter est resté injoignable.

«Nous avons découvert des comportements et des actes fourbes qui nous ont étonné de la part du professeur Liogier», explique Jamel El Hamri. L’annulation pure et simple de la volonté de former une association a par la suite été validée par les membres de la Muslim Pride, qui se sont attelés à retravailler ensemble. Ils ont ainsi réussi à réunir plus de contacts et ont tous adopté le principe d’un mouvement en lieu et place d’une association. Le groupe était resté homogène jusqu’aux mois d’octobre et novembre.

Mi-décembre, les membres musulmans ont découvert l’existence d’une association portant le nom de Muslim Pride et ont noté qu’ils étaient «complètement écartés» d’une manifestation qui se préparait. «Nous avons cherché à clarifier cela et nous sommes rendus compte que nos engagements étaient contraires aux agissements en cours». En outre, «le contenu de la manifestation en préparation était d’essence orientaliste et regorgeait des clichés que nous souhaitions combattre».

«Trahison» et «déception»

«Nous nous sommes rendus compte qu’à présent tout passait par le professeur Liogier qui a pris le soin de tout cloisonner et de nous écarter du mouvement». «Nous avons pris le temps de nous désolidariser de la Muslim Pride et nous comptons revenir à l’idée de base à laquelle nous avions adhéré au tout début». Un responsable de l'association, joint au téléphone nous a notifié son intention de ne «rien dire aux médias» par rapport à la polémique.

«La dénomination du mouvement avait posé problème lors des concertations et nous savions qu’elle choquerait», explique Jamel El Hamri. Seulement, «nous ne nous sommes pas appesantis sur ce sujet, puisque nous étions prêts à assumer les critiques en rapport avec une similitude au mouvement gay». A présent, si les lèvres restent pincées à l’évocation du nom du mouvement, ce départ du mouvement des membres arabo-musulmans est une mauvaise publicité à l’approche de l'exposition Muslim Pride, prévue du 16 février au 18 mars 2012.

2 commentaires
étonnante interview
Auteur : maghribia82
Date : le 29 janvier 2012 à 15h06
Raphael Liogier est un socioloque reconnu qui se demarque par sa position lucide et objective vis à vis de l'islam loin du paternalisme dont vous l'accusez, pour ca il m'a suffi de regarder une de ses nombreuses vidéos, et de parcourir ses articles notamment sur oumma.com
Je trouve qu'il a beaucoup de respect pour les musulmans, y compris les plus pratiquants, il a été parmi les rares intellectuels non musulmans à se prononcer contre la loi sur l'interdiction du niqab. Tout ceci explique mon étonnement face à vos accusations à la limite de la diffamation.
Un peu de respect pour cet intellectuel intègre qui se risque à defendre les musulmans alors meme que ce serait plus facile pour lui de surfer sur la vague de la pensée unique.

A titre personnel j'attends le festival "Muslim Pride" à l'institut des cultures d'islam, et nous verrons bien en fonction des conferenciers et du contenu si les musulmans ne sont pas les bienvenus comme vous le pretendez.
Fiers d'être musulmans ?
Auteur : MPHilout
Date : le 28 janvier 2012 à 10h37
Liogier ou pas Liogier, c'est kif-kif, du pareil au même.
Je ne sais pas vraiment si, un jour, les musulmans relèveront la tête et choisiront de ne plus inscrire la soumission dans le corps, l'espace et le temps. C'est la proposition que je leur ai faite depuis 2004.
Jusqu'à ce jour, cette proposition libératrice immédiatement, a toujours été renvoyée aux calendes grecques. D'ici-là, les musulmans ne peuvent absolument pas être fières d'eux. Les slogans, les dénominations, les manifestations et les associations n'y changeront rien : ce sont les actes concrets et quotidiens qui comptent et qui vous changent la vie.
Et pourtant, pour montrer qu'on est fier et qu'on n'est pas soumis, il suffit de relever la tête.

لا يغير الله ما بقوم حتى يغيروا ما بأنفسهم
بات من اللازم علينا نبذ الوفاق والإتفاق على النفاق يا آل محمد
Dernière modification le 28/01/2012 10:38
Election Présidentielle France
France + France