Menu

Politique Publié

Maroc : 170 personnes arrêtées en 2018 pour «homosexualité», selon une ONG internationale

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. / Ph. Justin Sullivan - AFP

A l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme, l’«Association internationale des personne lesbiennes, gays, bisexuelles, trans et intersexes» (IGLA) a publié ce mardi 10 décembre son rapport 2019.

L’ONG y affirme qu’en 2018, 170 personnes ont été accusées d’«homosexualité» au Maroc. «Un chiffre alarmant», reconnait-elle.

IGLA affirme que ces arrestations sont opérées conformément à l’article 483 du code pénal. «Quiconque, par son état de nudité volontaire ou par l'obscénité de ses gestes ou de ses actes, commet un outrage public à la pudeur est puni de l'emprisonnement d'un mois à deux ans et d'une amende de 200 à 500 dirhams», menace le texte.

L’ONG dénonce également les entraves à l’action des défenseurs de la communauté LGBT au Maroc, citant notamment le cas du refus des autorités de reconnaître, depuis 2016, l’association Akaliat (Minorités).

Le rapport pointe à cet égard l’article 3 du Dahir des libertés publiques de 1958. «Toute association fondée sur une cause ou en vue d’un objet illicite, contraire aux lois, aux bonnes mœurs ou qui a pour but de porter atteinte à la religion islamique, à l’intégrité du territoire national, au régime monarchique ou de faire appel à la discrimination est nulle», précise le texte.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate