Menu

Société Publié

Diwan Awards Hollande : Les talents marocains des Pays-Bas à l'honneur [Interview]

Diwan Awards Hollande a rendu hommage, le weekend dernier, aux Marocains des Pays-Bas, accordant 11 prix aux talents qui se démarquent. Mais Ahmed Larouz, initiateur de cet événement aux Pays-Bas, ne cache pas sa déception quant au manque d’intérêts des officiels marocains et néerlandais, notamment vis-à-vis du Cinquantenaire de la migration marocaine dans ce pays.

Temps de lecture: 3'
Les talents marocains des Pays-Bas ayant participé à la deuxième édition de Diwan Awards Holland 2019. / Ph. Jaap Kroon - Diwan Awards Holland

Quelle sont les spécificités de cette deuxième édition de Diwan Awards Hollande ?

Diwan Awards a été créé en Belgique et célèbre déjà son dixième anniversaire. Pour celui des Pays-Bas, dont je suis le fondateur, il a fêté le weekend dernier son deuxième anniversaire.

Cette année, nous avons mis l'accent sur le Cinquantenaire de la migration marocaine aux Pays-Bas. L’édition ressemble à celle de l’année dernière en termes de prix, avec 11 catégories dans tous les domaines, comme la médecine, l’entreprenariat et le social. Nous avons instauré une catégorie pour les jeunes talents. Le prix de cette année est revenu à Amira Tahri, 9 ans et trois fois championne du monde du Kick boxing.

Malheureusement, nous n’avons pas pu mettre en place une 12ème catégorie cette année, car la personne qui allait recevoir le prix n’a pas pu être parmi nous. Sinon, le concept n’a pas beaucoup changé.

Quel est l’objectif de cet événement ?

Donner un regard positif sur les Marocains qui vivent aux Pays-Bas. C’est une occasion pour encourager l’ambition de la génération future, car voir que des Marocains enregistrent des succès dans le domaine social, dans la médecine et tous les autres domaines, est très inspirant, d’autant que tous les ingrédients sont présents pour réussir. Il ne faut que la volonté, la persévérance et l’ambition pour réaliser ses rêves et ses objectifs.

Les Marocains des Pays-Bas célèbrent depuis juin le Cinquantenaire de la migration marocaine dans ce pays. Que pensez-vous de cette célébration ?  

Honnêtement, les autorités marocaines et hollandaises n’ont pas accordé beaucoup d’intérêt à cet événement, qui était une occasion de célébrer ce cinquantenaire et rendre hommage à nos parents et grands-parents.

Il y a un froid diplomatique entre le Maroc et les Pays-Bas, ce qui a impacté négativement notre événement et la célébration de ce cinquantenaire. Car un événement pareil doit être fêté comme il se doit, avec la participation notamment d’officiels et de responsables gouvernementaux, comme on avait célébré en 2005 400 ans de relations diplomatiques entre le Maroc et les Pays-Bas, avec des expositions conjointes notamment.

Ahmed Larouz lors des Diwan Awards Holland 2019, organisé le weekend dernier aux Pays-Bas . / Ph. Jaap Kroon - Diwan Awards HollandAhmed Larouz lors des Diwan Awards Holland 2019, organisé le weekend dernier aux Pays-Bas . / Ph. Jaap Kroon - Diwan Awards Holland

Il y a toutefois des initiatives privées, comme le Diwan Awards et «Fatima.Amsterdam» qui sont mises en place…

Actuellement, nous célébrons ce cinquantenaire seuls, ce qui est regrettable voire même insultant à l’égard des efforts de nos parents. Nous y répondons donc en insistant sur nos talents marocains en les invitant sur le podium, en leur rendant hommage et en leur donnant notre confiance car ils seront des modèles pour les générations futures.

Personnellement, il y a des choses qui me déçoivent, comme l’absence de soutien de la part du Maroc. Je suis déçu de voir que ce genre d’événements n’intéresse pas les sponsors marocains, dont les entrepreneurs marocains, qui peuvent eux-aussi créer leurs Diwan Awards, ainsi que les opérateurs marocains qui veulent séduire les MRE mais qui boudent un tel événement haut de gamme.

Car une seule main n’applaudit pas et il faut de grands et de petits événements pour faire parler du Cinquantenaire, sachant que nous sommes 400 000 Marocains aux Pays-Bas.

Mais il y a le problème du leadership, le froid diplomatique entre le Maroc et les Pays-Bas et le fait que certains Marocains tentent de rejeter tout événement tentant de présenter une image positive sur le Maroc et les Marocains. La communauté doit se mobiliser aussi et encourager elle-même ses propres membres.

Quel est l’objectif final, selon vous, de ces événements où les Marocains rendent hommage à leurs compatriotes ?

Je pense qu’il nous faut plus d’événements qui soutiennent la diaspora marocaine, non seulement aux Pays-Bas mais dans d’autres pays. De plus, il n'y a pas besoin d'être une grande star pour être récompensé, car chacun dans son domaine excelle et brille à sa manière.

J’ai décidé de prendre le concept de Diwan Awards en Belgique et de le mettre en place aux Pays-Bas car cela m’a impressionné. Je pense aussi que cette coopération entre nous, pour rendre hommage à la communauté marocaine, est l’un des outils qui peuvent contribuer à préparer une génération de Marocains qui coopèrent entre eux et qui sont positifs et fiers de leurs origines marocaines. C’est en même temps un changement de narratif car on doit montrer qu’on peut faire mieux et qu’on peut monter très haut. Nous essayons de le faire loin de toute couleur politique ou religieuse.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com