Menu

Culture Publié

Safaa Erruas, l’art d’exprimer des émotions lorsqu’il est difficile de faire simple

Safaa Erruas est une artiste qui s’est distinguée à travers le monde, grâce à ses installations et ses dessins particuliers, devenus sa marque de fabrique. Son innovation et l’originalité de ses créations lui ont valu de nombreuses récompenses. Elle puise son inspiration dans ses questionnements sur l’humain, ses expériences personnelles et ses réflexions où l’émotionnel se mêle au rationnel.

Temps de lecture: 3'
Moroccan artist Safaa Erruas. / DR.

Safaa Erruas a grandi à Tétouan, ville animée par la culture et distinguée par un prestigieux Institut national des Beaux-Arts (INBA). C’est ainsi qu’elle a baigné dans la création artistique dès son enfance. Autant qu’elle s’en souvienne, elle a adoré le bricolage et les travaux manuels. A l’âge de sept ans, elle est très méticuleuse dans sa manipulation des matériaux pour lesquels elle a développé une grande sensibilité.

A l’âge de quatorze ans, Safaa Erruas fréquente l’Institut national des Beaux-Arts pendant son temps libre pour se familiariser avec l’histoire de l’art et les notions académiques de dessin. A l’issue de ses études secondaires, elle a rejoint la Faculté des sciences de Tétouan, mais elle a rapidement réalisé que sa vocation n’y était pas. Par conséquent, abandonne son cursus universitaire pour s’inscrire au concours d’accès à l’INBA, où elle parfait sa sensibilité artistique par un bagage historique et académique.

«Quand j’étudiais à la Faculté des sciences, je recevais beaucoup d’informations durant les cours, mais je n’ai jamais eu l’impression que cela me parlait ou m’était destiné», confie-t-elle à Yabiladi. «Avec les beaux-arts, c’était complètement différent. J’étais très intéressée et ce savoir m’a aidée à mieux être consciente de ce que j’appréciait ou ce qui me plaisait le moins (…) Je me suis entièrement identifiée à l’Institut national des Beaux-Arts», nous dit-elle.

Du blanc sous toutes les couleurs

A la fin de ses études à l’INBA, Safaa Erruas a commencé à travailler de manière indépendante et à participer à des résidences ou à exposer ses travaux dans le monde entier. Son utilisation de la couleur blanche, ainsi que d’autres matériaux distincts dans ses œuvres, a rapidement fait sa marque de fabrique.

Bien que l’absence de couleur dans ses œuvres, ses installations artistiques et ses pièces faites à la main, soit un sujet largement débattu au sein des critiques, son raisonnement n’est pas si complexe, d’après ses explications. «Il m’est devenu très naturel de ne travailler qu’avec du blanc, simple et limpide. Je n’aime pas compliquer les choses», nous explique-t-elle.

Le travail d’Erruas se caractérise également par son utilisation d’aiguilles, de lames de rasoir et de fibre de verre. Ces matériaux lui permettent de donner des formes aux sentiments qu’elle cherche à exprimer à travers ses œuvres.

«Les éléments prennent une dimension différente lorsque nous les sortons de leur fonction. Leur valeur est différente. Il y a une connotation de ce que sont les aiguilles et le sentiment qu’elles communiquent au public. L’aiguille répare et pique. C’est la partie tranchante de l’aiguille qui m’intéresse.»

Safaa Erruas, artiste plasticienne

Réflexion des blessures et des souvenirs

Les matériaux symbolisent également des éléments concrets et d’autres métaphysiques ainsi que leur capacité à avoir un impact physique et intérieur sur les personnes. A travers ses installations artistiques et les matériaux qu’elle utilise, Safaa Erruas réfléchit sur «les blessures des souvenirs».

Pour elle, ce sont des éléments qui reflètent les maux de l’humanité et des individus, les montrant ainsi comme des cicatrices universelles, dans une analyse de rapport entre les signes, les signifiants et les signifiés.

«Je peux croire que nous pouvons commencer quelque chose de très privé pour communiquer quelque chose de très universel, mais c’est ce qui se passe tout au long de l’œuvre. C’est ce qui nous permet de communiquer même si nous ne parlons pas la même langue ou si nous ne sommes pas de la même culture.»

Safaa Erruas

L’art d’Erruas est influencé par ses expériences personnelles en tant que femme, qui interagit avec la société, qui a ses problèmes et qui est consciente d’être concernée par ceux de son environnement. Son travail ne vise pas à représenter les choses de manière directe, mais elle innove dans les allégories, les métaphores, le second degré et les subtilités des symboliques. Alors que beaucoup de ses œuvres sont interprétées comme représentant des frontières, Erruas affirme :

«Je ne suis pas en représentation directe, mais j’essaie de communiquer cette émotion associée aux frontières, et il appartient aux spectateurs de décider quelle interprétation en faire.»

Safaa Erruas

Erruas utilise l’art comme un moyen d’expression et de gestion des émotions face aux problèmes auxquels elle se confronte. Il s’agit pour elle d’un moyen de questionnement et d’exploration humaine. Dans ce sens, l’artiste originaire de Tétouan travaille actuellement sur des œuvres concernant le changement climatique, un sujet à la fois «impactant et déroutant», nous confie-t-elle.

Erruas s’interroge souvent sur les raisons pour lesquelles le rôle de l’art dans la société est mis en cause, notamment lorsqu’il «a le potentiel d’exprimer les sentiments des gens plus que des discours politiques». Quant au rôle de l’art dans sa vie personnelle, elle nous explique qu’il lui «permet de continuer à grandir». «Je ne considère pas cela comme mon travail. L’art, c’est ma vie. Ce n’est pas qu’une philosophie : c’est mon existence.»

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com