Menu

Politique Publié

Maroc : La percée du Polisario en Mauritanie fait réagir la Chambre des représentants

Une fois de plus, le Parlement annonce la création d’un instrument juste en réaction à une percée réalisée par le Polisario ou l’Algérie en Afrique ou ailleurs. En témoigne la communication faite, hier, par la Chambre des représentants autour d’une «note-cadre» portant sur «l’organisation des groupes d’amitié et de fraternité».

Temps de lecture: 2'
Le Parlement mauritanien / DR.

L’accueil réservé par le «ministre des Affaires étrangères» du Polisario, Mohamed Ould Salek, par six partis mauritaniens, dont les islamistes de TAWASOL, a fini par secouer un peu les députés. Réuni hier, le bureau de la Chambre des représentants a abordé «les orientations de la diplomatie parlementaire dans une note-cadre».

L’instance a décidé d’«organiser les groupes de fraternité et d’amitié dans un cadre spécial, conformément au règlement interne» de la Chambre basse, indique-t-elle dans un communiqué.

Le bureau a également examiné «les moyens à même d’assurer le succès» à ces groupes dans l’accomplissement de leurs missions. Il a mis l’accent sur l’impératif de la «coordination avec les acteurs clés et la planification stratégique par continent en vue de renforcer les connaissances des membres de la Chambre des représentants» sur certains dossiers diplomatiques.

Au terme de la réunion du mardi, le bureau a renvoyé à une date ultérieure l’examen final de la «note-cadre» devant sortir la diplomatie parlementaire de sa léthargie «jusqu’à la réception des observations et des suggestions des députés à ce sujet».

Des annonces vite oubliées

Cette annonce n’est pas sans rappeler celle ayant porté sur la création, en mai 2018, d’un «groupe thématique d'action sur le Sahara ». Là aussi, c’était juste en réaction à la décision de l'Algérie de mettre en place un «réseau international des parlementaires de solidarité avec le peuple sahraoui». Un instrument qui a bien fonctionné puisque sa première session était organisée en juin de la même année en France.

Début novembre le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a exhorté dans une correspondance les députés et les conseillers d’inscrire sur l’agenda de la prochaine réunion de la commission de coordination entre les deux Chambres la constitution d’un groupe d’amitié avec le Mexique. Depuis rien n’a été entrepris en ce sens.

En revanche le Polisario, et depuis la reconnaissance du Mexique de la «RASD» actée en 1979, tient à renouveler à chaque législature son groupe d’amitié interparlementaire avec cette république d’Amérique du nord. D’ailleurs le cinquième a vu le jour le 31 octobre.

Au Maroc, la dernière réunion conjointe des commissions des Affaires étrangères des deux Chambres du Parlement remonte au 11 mars 2016. Elle s’est tenuue en réaction à la visite effectuée par l’ancien secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans les camps de Tindouf.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com