Menu

Economie Publié

Tourisme : Le Maroc reste la destination numéro 1 des français

Malgré la crise économique qui s'est profondément installée en France, dès que les Français peuvent  s'évader quelques jours en vacances, ils choisissent en premier lieu le Maroc. Cependant, selon les professionnels marocains du tourisme, l'année 2012 s'annonce difficile pour le secteur. Le pays a tout intérêt à diversifier ses offres de vacances pour attirer le plus de touristes possibles.

Temps de lecture: 3'
Des touristes visitant Marrakech

D’après une étude publiée hier, mardi, de l’Institut CSA pour l’Officiel des Vacances, 46% des Français sondés ont déclaré qu’ils ne partiraient pas en vacances en 2012, rapporte le site Notre temps. La crise économique est passée par là. Aller en vacances ne fait pas partie des priorités de ces Français. En revanche, les 54% restants sont plus chanceux puisqu'ils ont déclaré vouloir partir en vacances cette année. Un tiers de ces 54%, soit 18% des Français sondés, envisagent de se rendre au Maroc, en Tunisie et en Egypte.

Maroc, number one

A l’instar de l’an dernier, le Maroc reste la première destination favorite des Français. L’étude souligne que 11% de ces Français souhaitent passer des vacances ou de longs week-ends au royaume. La ville qui les attire le plus est Marrakech. Pour ce qui est de l’hébergement, ces Français ne font pas les choses à moitié. Ils préfèrent être logés en hôtel 5 étoiles ou dans des riads. Par contre, l’étude révèle que les circuits n’ont plus du tout la côte.

Concernant la Tunisie, 7.5% des Français comptent s’évader vers ce pays. Contrairement au Maroc qui attire en majorité une jeune clientèle de moins de 30 ans, la Tunisie, elle attire plus les touristes âgés entre 30 à 49 ans. Une cible qui satisfait amplement les professionnels touristiques tunisiens. Ces derniers comptent d’ailleurs sur cette cible pour se remettre des évènements du Printemps du Jasmin de l’an dernier qui ont paralysé le secteur. 

Enfin, les temps sont durs pour l’Egypte. Les évènements politiques qui ont marqué l’année 2011 et l'instabilité actuelle du pays, ont refroidi les Français. Seulement 2.5% d’entre eux comptent s’y rendre.

2012, une année difficile

Tous ces chiffres sont positifs pour le Maroc. Mais qu’en est-il du Maroc ? Comment les professionnels du tourisme vont-ils vivre l’année 2012 ?  A en croire Abdelhamid Addou, le directeur général de l’Office National Marocain du tourisme, cette année 2012 sera très difficile. «Il faut s’armer et redoubler d’efforts pour surmonter la situation. Nous allons renforcer davantage nos campagnes de communication. Nous misons gros sur la médiatisation. Il est improbable que le nombre de voyageurs augmentera au niveau mondial, mais il va falloir être plus agressif et créatif.» a-t-il déclaré au journal L’Economiste. Pour lui, la crise économique et l’attentat terroriste d’Argana à Marrakech en avril dernier ont laissé certaines traces. Néanmoins, le Maroc a su tirer son épingle du jeu. Le pays a terminé l’année 2011 sur une hausse de 2% en nombre d’arrivées.

L’un des grands objectifs également pour les professionnels marocains est de continuer à attirer les touristes espagnols vers le royaume et ce malgré la baisse des vols directs vers Marrakech par les compagnies espagnoles. Dans un précédent article de Yabiladi, Hanane R’Zina, directrice commerciale de Palmeraie Hôtels & Resorts  soulignait que Royal Air Maroc et même la compagnie low cost EasyJet avaient réduit les vols vers Marrakech, des réductions se justifiant par la crise que connait actuellement le secteur aérien. Les Espagnols sont placés en deuxième position juste après les Français en termes de touristes visitant le royaume. «Avec 40,5 millions d’habitants, l’Espagne assure près de 11 millions de voyages à l’étranger. La part du Maroc dans ce marché s’élève à 8%.» souligne l’Economiste.

Enfin pour continuer d’attirer les touristes étrangers toute l’année durant, l’ONMT compte également développer les destinations phares du Maroc qui sont Marrakech et Agadir mais aussi développer d’autres niches comme par exemple celle du tourisme d’hiver, de bien-être et de golf.

L’on rappelle que 8 millions de touristes étrangers ont visité le Maroc en 2010, le tourisme fait partie des trois premières sources de devises avec les phosphates et les transferts des MRE.

Oui avec le tourisme de masse.
Auteur : Sylvester 2012
Date : le 26 janvier 2012 à 08h12
Oui avec des Tours Opérators genre FRAM,low cost,le Maroc fait du remplissage avec une marge bénéficiaire fort minime,c'est une bonne méthode pour le personnel et les travailleurs au moins ils ont de l'emploi pour ne pas les mettre au cchômahe mais à une certaine condition pas d'exploitation des travailleurs.
A rrevoir chez nous le marketing car même avec unZnagui venant des Etats Unis il n'a rien fait,il faut brasser loin et patout ,aller en Chine,Japon,toute l'Asie en visant le touriste moyen et durable......
Tourisme au Maroc
Auteur : Quiritsu
Date : le 26 janvier 2012 à 00h28
Normal que le nombre de nuitées au Maroc va baisser quand on compare les prix avec la Tunisie ,le cas est vite réglée.
La crise se fait sentir en Europe ,les gens adaptent leur budget ,les séjours au Maroc en famille sont beaucoup plus cher que Tunisie,Grèce,turque,Malte,Chypre ,donc c est aux hôteliers du Maroc de faire un efforts.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com