Menu

Terrorisme Publié

La police belge coupe court à la présence de Daech sur Internet

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration / Ph. Thomas Samson (AFP)

26 000 comptes sur les réseaux sociaux et différents canaux de communication sur Internet, rattachés à Daech, ont été désactivés par la police belge, à l’issue d’une vaste opération qui s’est étendue de jeudi à dimanche derniers. Ainsi, cette cyberattaque a permis d’«éliminer la présence du groupe terroriste» de la toile, a annoncé Eric Van Der Sypt, du parquet fédéral belge, lundi en conférence de presse à La Haye.

Selon l’agence de presse Belga, ce grand coup de filet a été mené en collaboration avec Europol et Eurojust, sur les serveurs d’Amaq, l’agence de propagande de Daech. «On verra combien de temps cela leur prendra pour revenir», s’ils y arrivent, a commenté Eric Van Der Sypt, cité par la même source. «Les investigations sont toujours en cours», a précisé pour sa part Patrick Willockx de la police fédérale, indiquant que ces chiffres n’étaient dès lors pas définitifs.

Belga explique que le démantèlement a impliqué des entreprises du public et du privé, soulignant que cette collaboration internationale a apporté «des résultats tangibles». Pour Eric Van Der Sypt, le groupe terroriste ne se bat actuellement que sur le terrain, d’autant plus que cette cyberattaque se répercutera forcément sur le processus de radicalisation des citoyens européens, que Daech supervise souvent via Internet.

L’agence de presse rappelle qu’une cyberattaque a déjà été menée contre les serveurs d’Amaq en 2018, «mais les comptes et sites avaient été assez rapidement réactivés». «Pour autant que nous sachions, le groupe [Daech] n’est plus pour l’instant plus actif sur Internet, reste à voir si et à quelle vitesse il le sera à nouveau», conclut le parquet fédéral belge.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate