Menu

Société Publié

Meknès : La peine de l'enseignante mariée à deux hommes réduite en appel

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. / Ph. DR

Condamnée à deux ans de prison par le tribunal de première instance de Meknès, en février dernier, pour adultère, polyandrie et falsification de documents, l’enseignante mariée à deux hommes a vu sa peine réduite en appel à un an de réclusion.

Ainsi, selon Akhbar Alyaoum de ce lundi, les juges de la Cour d’appel viennent d’annuler deux chefs d’accusation contre elle, à savoir celui d’abus de confiance et d’escroquerie. Un retrait qui intervient suite à la présentation d'éléments prouvant que c’est son premier mari qui l’aurait arnaquée en la dépossédant de 500 000 dirhams. Il s’agit aussi de la charge de polyandrie.

Les juges ont par ailleurs condamné l’enseignante à verser 50 000 dirhams à son premier mari pour dommages et intérêts, au lieu des 100 000 dirhams prononcés en première instance.

Cette affaire a éclaté lorsque le premier mari de l’enseignante a quitté la prison, en déposant une plainte et en publiant sur les réseaux sociaux une vidéo exposant la double vie de sa femme. 

Pendant l’incarcération de son premier époux, l’enseignante s’était mariée avec un capitaine de l’armée, avec lequel elle a eu un enfant, sans pour autant divorcer de son premier mari. Elle a été notamment accusée par son premier conjoint de falsification de documents, dont un certificat de virginité, pour consommer un second mariage.

Ayant déjà passé 9 mois à la prison locale Toulal 2, à Meknès, elle devrait ainsi retrouver sa liberté dans 90 jours.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com