Menu

Politique Publié

Contre les libertés individuelles, El Othmani brandi le référentiel islamique et la commanderie des croyants

Temps de lecture: 1'
DR

Saad-Eddine El Othmani a présidé, hier soir à Marrakech, le lancement par l’organisation des femmes de son parti du plan «Tamkin», visant à assurer aux femmes une meilleure présence dans les structures partisanes.

A cette occasion, il a prononcé devant l'assistance un discours marqué par une salve de critiques à l’encontre des campagnes menées par les organisations de défense des libertés individuelles au Maroc, rapporte le site alyaoum24.

«Le renforcement de la place des femmes ne passe pas nécessairement par l'éloignement des constantes religieuses en interdisant le ‘halal’ et autorisant le ‘haram’», a indiqué le secrétaire général du PJD.

«Le Maroc est fondé sur le référentiel islamique et la commanderie des croyants. Ce qui nous trace la voie à emprunter. Il est vrai que nous devons comprendre le référentiel dans un cadre novateur (…) mais s’écarter des constantes est une ligne rouge», a-t-il martelé dans son réquisitoire contre les appels à dépénaliser à la fois les relations sexuelles consentis entre adultes et l’avortement.

Pour appuyer sa thèse, El Othmani a eu recours à Mohammed VI, affirmant qu’a l’occasion de la réforme de la Moudawana, le roi avait tenu à «rester dans le cadre des constantes religieuses et nationales». Et de citer un passage très célèbre du discours du souverain prononcé lors de l’ouverture de l’année parlementaire de 2003. «Je ne peux, en Ma qualité d'Amir Al Mouminine, autoriser ce que Dieu a prohibé, ni interdire ce que le Très-Haut a autorisé», avait déclaré le monarque. Une intervention qui avait permis d’apaiser les craintes des conservateurs et particulièrement le PJD.

Abdelilah Benkirane avait justement choisi ce passage comme étape phare dans son témoignage, diffusé le 30 juillet sur la chaîne Medi1 TV, à l’occasion des vingt ans de règne de Mohammed VI.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com