Menu

Politique Publié

Marche verte : Mohammed VI se félicite que 163 Etats ne reconnaissent pas la «RASD»

Cette année, le traditionnel discours de la Marche verte intervient dans une conjoncture régionale et internationale favorables au Maroc. Outre les points glanés le 30 octobre au Conseil de sécurité, le roi Mohammed VI s’est félicité que 163 Etats ne reconnaissent pas la «RASD» et que les accords d’associations du royaume avec ses partenaires consacrent pleinement la présence du Maroc au Sahara.

 

Temps de lecture: 2'
DR

A l’occasion de la commémoration du 44e anniversaire de la Marche verte, le roi Mohammed VI a prononcé un discours. Une occasion pour le souverain de réitérer que «sur la Marocanité du Sahara, le Maroc a toujours affiché une position claire, inspirée par une foi inébranlable dans la justesse de sa cause et la légitimité de ses droits».

Une nouvelle fois le chef de l’Etat a réaffirmé l’engagement du royaume avec «sincérité et bonne foi (et) qu’il continuera à œuvrer, conformément au processus politique exclusivement onusien et aux résolutions du Conseil de sécurité, pour parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique et consensuelle».

Le roi a rejeté toute autre proposition de solution au conflit du Sahara occidental, précisant que «l’Initiative d’autonomie constitue la traduction concrète de la solution recherchée. En effet, elle est la seule voie possible pour parvenir à un règlement du conflit, dans le respect total de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale du Royaume».

163 Etats ne reconnaissent pas la «RASD»

Cette précision royale n’est pas une nouveauté, néanmoins elle intervient dans une conjoncture régionale et internationale plutôt favorable au Maroc. En témoigne la teneur de la résolution 2492, adoptée le 30 octobre par le Conseil de sécurité par 13 voix pour et les abstentions de l’Afrique du sud et de la Russie. Un texte accueilli avec une grande déception en Algérie et dans les rangs du Polisario.

C’est dans ce contexte que Mohammed VI a souligné qu’ «un nombre sans cesse croissant de pays (pour être plus précis 163 à ce jour) ne reconnaissent pas l’entité fictive de la RASD». La semaine dernière à la Chambre des représentants, le ministre des Affaires a révélé que 17 Etats en Afrique, 12 en Amérique latine et 2 en Asie continuent d'établir des relations diplomatiques avec la «RASD».

Le Maroc n’a pas uniquement marqué des points sur le plan politique mais aussi dans le domaine économique. «L’Initiative d’autonomie, a-t-il indiqué, est également confortée par les partenariats et les accords qui lient les grandes puissances ainsi qu’un certain nombre de pays frères et amis à notre pays et qui couvrent toutes ses régions, y compris les Provinces du Sud» dont le dernier est conclu, le 26 octobre, avec le Royaume-Uni.

Le roi Mohammed VI a réitéré la place stratégique du Sahara qualifié de «portail du Maroc vers l’Afrique subsaharienne». Et de réaffirmer que le continent est «au cœur de la politique extérieure» du royaume. L’Afrique est une autre priorité de la politique marocaine au même titre que le Sahara. Les deux allant de pair.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com