Menu

Politique Publié

Emission spéciale MRE : Des conséquences de l’islamophobie dans les médias français

L’émission spéciale MRE, présentée par Mohamed Ezzouak, est le fruit d’un partenariat entre Radio 2M et Yabiladi.com.

Temps de lecture: 1'
Le 28 octobre 2019, la mosquée de Bayonne a été le théâtre de tirs ayant blessé deux septuagénaires / Ph. Chopin Jean Daniel

Un papy de 84 ans tire sur deux chibanis âgés de 74 et 78 ans. Cette phrase aurait pu servir de titre pour une info insolite d’un journal. En réalité, elle décrit de manière factuelle la folie plongeant les musulmans de France dans la psychose islamophobe ; une folie inquiétante qui a frappé d’effroi la petite communauté musulmane de Bayonne victime d’un attentat.

Comment en arrive-t-on à ce qu’un retraité qui devrait occuper son après-midi à jouer au Scrabble ou à la pétanque, en vienne à tenter d’incendier une mosquée et tirer à bout portant sur deux retraités venus prier tranquillement ? La haine, répondent plusieurs membres de la communauté musulmane de Bayonne. La haine, tel un virus qui se propage dans une partie du corps social, tout particulièrement la partie droite de l’organisme mais aussi ici et là quelques métastases à gauche. Le cancer de la xénophobie ne s’arrêtera que lorsque la mort aura terrassé le corps infecté.

Les politiques censés lutter contre la haine, en sont devenus de tristes porte-paroles. Les médias, le système sanguin irriguant le débat public au sein d’une société, sont de plus en chargés d’un sang contaminé. Preuve en est la tenue des débats sur les chaines d’information qui ont choisi d’inviter les pyromanes de la haine pour analyser l’incendie qu’ils ont préparé.

L’incendie accidentel de la cathédrale Notre-Dame de Paris en avril dernier -incendie déclenché par des musulmans selon la version des pyromanes de la haine précités-, sert aujourd’hui de justification pour l’auteur présumé de l’attentat de Bayonne.

Dans l’ère du confusionnisme, la nouvelle théorie du chaos pourrait être résumée en cette phrase : les saillies verbales des idéologues de la haine sur les plateaux télé à Paris, déclenchent le feu et font couler le sang dans une mosquée à Bayonne.

(Ré)écouter l’émission en podcast :

Invité de l’émission :

Jawad Bachare : Travaillant dans le domaine de la formation au Conseil régional Nord-Pas-de-Calais pour évaluer des besoins financiers, animer des relations avec des partenaires et administrer une plate-forme d’information, Jawad Bachare est également directeur exécutif du Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).

Le CCIF est une association de défense des droits humains créée en 2000, dont la mission est de combattre l’islamophobie en tant qu’acte discriminatoire ou violent «contre des individus ou des institutions en raison de leur appartenance réelle ou supposée à l’Islam».

«La visibilité des musulmans dans l’espace public bouscule certains dans leurs privilèges et leur intolérance», estime le CCIF, qui dit observer «un glissement sémantique au sein de la fachosphère, tous bords politiques confondus» depuis des années. En réponse, l’ONG suit directement des cas d’islamophobie quotidienne, notamment en recevant les plaintes de personnes se disant victimes ou en allant vers d’autres.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate