Menu

Société Publié

Municipales françaises : Le président de l'UDMF nie toute volonté de communautarisme

Temps de lecture: 1'
Nagib Azergui, président de l’UDMF. / Ph. UDMF

C’est une liste qui fait d’ores et déjà parler d’elle : l’Union des démocrates musulmans français (UDMF) présentera une cinquantaine de candidats aux prochaines élections municipales, indique BFM TV.

Au micro de la chaîne, Nagib Azergui, président de l’UDMF, reconnaît que «beaucoup de personnes buguent par rapport au mot musulman». Sa liste présentera une cinquantaine de candidats pour les élections municipales de mars prochain.

Mais voilà, sa démarche dérange au sein de la classe politique, dont de nombreuses voix s’élèvent pour interdire «les listes communautaires». Son président martèle, lui, que «l’UDMF n’en est pas une».

Nagib Azergui nie toute volonté de communautarisme, indiquant que l’UDMF a vocation à représenter tous les citoyens. «La valeur centrale (du parti, ndlr) est la citoyenneté». Ses membres comparent ainsi le parti à celui de Jean-Frédéric Poisson, le parti chrétien-démocrate, ou bien celui d’Angela Merkel, l’Union démocratique chrétienne (CDU).

Créée en 2012, l’UDMF revendique actuellement 900 adhérents. Sur son site, le parti se définit comme «non confessionnel, laïc et profondément républicain», souligne BFM TV. Dans son programme, le parti dénonce la pollution plastique, l’évasion fiscale et la non-assistance aux migrants. Il propose notamment d’accorder le droit de vote aux étrangers ou encore de mettre en place un comité d’éthique pour contrôler la presse.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com