Menu

Politique Publié

Hamza Haddi, le périple d’un militant du M20F soupçonné d’être passeur de migrants

Il y a deux mois, Hamza Haddi a entrepris son premier voyage en dehors du Maroc. Arrivé en Turquie avec son frère, il a décidé de traverser la frontière grecque. Depuis, le jeune homme de 25 ans a été arrêté pour soupçons de «trafic d’êtres humains». La mobilisation pour sa libération s’organise.

Temps de lecture: 2'
Hamza Haddi, membre du Mouvement du 20 février / Ph. DR.

Membre actif du Mouvement du 20 février, Hamza Haddi a été interpellé en Grèce, où il est admis dans l’un des trois établissements pénitentiaires de la ville de Komotiní, proche de la Turquie. En effet, la police aux frontières grecque le soupçonne de «trafic d’êtres humains», entre autres.

«Il aurait été repéré avec des migrants à bord d’une embarcation pneumatique restaurée pour traverser une rivière frontalière», nous explique un proche du militant, ajoutant que «certains évoquent sa fuite du Maroc pour éviter un nouveau procès par rapport à ses activités associatives, tandis que d’autres font part de son dépit, à l’image de nombre de jeunes».

Membre de l’Association marocaine des droits humains (AMDH) à Salé, Mahjouba Karim a d’ailleurs pris en charge Hamza Haddi pendant ces quatre dernières années, à cause de la situation financière et sociale de sa famille dont elle fait part à Yabiladi.

Le rêve d’un avenir meilleur en Europe

«Il a suivi plusieurs formations, mais à chaque fois qu’il a été recruté, il a été licencié peu après que ses employeurs aient découvert son passé», nous explique celle qui dit n’avoir appris sa présence en Grèce qu’après cette arrestation. «Il était dépité. Ce n’est qu’à la veille de son départ pour la Turquie qu’il m’a dit vouloir trouver un emploi stable là où il partirait», précise Mahjouba Karim.

Pour sa part, la police grecque reproche à Hamza Haddi d’avoir été en contact avec un passeur qui devait le conduire en Grèce. Sur ce chemin, les deux frères auraient rencontré d’autres migrants avec qui ils auraient décidé de restaurer une embarcation pneumatique abandonnée, pour traverser la barrière maritime, au niveau de laquelle la police grecque aurait intercepté Hamza Haddi.

Selon ses proches, une fusillade aurait retenti en sa direction et celle des migrants alors qu’ils étaient encore dans la rivière. En panique, Hamza Haddi aurait tenté de fuire avant d’être rattrapé, puis conduit chez les enquêteurs qui auraient, par ailleurs, «fait subi de mauvais sévices» aux ressortissants, qui auraient signé des procès verbeaux sans avoir la possibilité d’en consulter une traduction depuis le grec.

«Le témoin dans l’affaire hormis son frère aurait été amené à signer les documents en grec de son interrogatoire. Il n’a pas pu avoir droit à un traducteur ni à une version traduite des documents de façon à ce qu’il puisse les lire et savoir s’il était d’accord ou pas avec leur contenu», dénonce à ce propos un comité de soutien à Hamza Haddi, constitué des jeunes du Mouvement du 20 février du Maroc et de l’étranger.

Une mobilisation entre le Maroc et la Grèce

Il y a quelques jours, le tribunal de Komotiní a rejeté la requête de la défense concernant la liberté provisoire de Hamza Haddi, ce qui a poussé des acteurs associatifs marocains à rendre l’affaire publique. Dimanche soir, ils ont ainsi lancé un appel à la solidarité, exigeant des autorités grecques l’abandon des poursuites.

«Il est inconcevable qu’un jeune militant des droits humains soit un trafiquant qui s’enrichirait des routes migratoires européennes», fustige Mahjouba Karim. Sur les réseaux sociaux, des associatifs relaient également l’adresse et les coordonnées de la prison où Hamza Haddi est admis, invitant les utilisateurs à y faire parvenir leurs messages de soutien pour la libération du jeune homme.

Par ailleurs, «des sit-in seront prévus devant le consulat grec à Casablanca et l’ambassade à Rabat», nous explique Mahjouba Karim. Au Maroc, Hamza Haddi a été arrêté à quatre reprises depuis 2011, sur fond de manifestations du Mouvement du 20 février.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com