Menu

Politique Publié

Marocaine d’Otura : Le parti Vox pourrait être poursuivi pénalement pour ses propos racistes

Temps de lecture: 1'
Santiago Abascal, président du parti d'extrême droite Vox. / DR

Le procureur de Grenade étudie actuellement le cas de la jeune marocaine critiquée sur les réseaux sociaux par le parti d’extrême droite Vox, après que celle-ci eut été élue «reine des soirées» par la ville d’Otura.

Le ministère public doit en effet déterminer le possible caractère pénal des faits, au cas où l’imputation d’un crime motivé par la haine ou contre l’intégrité morale serait envisageable, ainsi que le procureur l’a indiqué au journal régional Granada Hoy, cité par Diario de Sevilla.

Le procureur délégué à Grenade contre les crimes de haine et de discrimination, Francisco Hernández, a déjà réclamé tous les éléments à la Garde civile, auprès de laquelle la mère de la jeune femme a porté plainte pour le préjudice moral et les souffrances que les messages de Vox ont causés à l’adolescente de 16 ans.

Pour rappel, Vox a posté sur sa page Facebook une photo où l’on voit de dos la jeune fille coiffée de nattes. Le parti accompagne sa publication d’un texte xénophobe dans lequel il se demande si «la commune gérée par le PSOE [Parti socialiste espagnol, ndlr] à la majorité absolue n’a pas trouvé une plus jolie fille qui soit espagnole pour la désigner reine des soirées». Les réactions n’ont pas tardé, puisque le conseil municipal de la ville a condamné les propos de Vox et les a décrits lui-même comme «xénophobes et honteux».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com