Menu

Société   Publié

Baromètre tarifaire dans la jungle des écoles privées à Casablanca

Les tarifs des écoles privées marocaines diffèrent-ils de ceux des écoles étrangères ? A Casablanca, il semblerait que oui, bien que plusieurs écoles refusent étrangement de divulguer leurs tarifs pourtant censés être publics. Un baromètre qui permettra aux parents de comparer les écoles privées casablancaises.

Temps de lecture: 5'
Photo d'illustration. / Ph. DR

C'est la rentrée scolaire, et certains parents ont déjà les poches qui saignent avec les frais d'inscription, les fournitures scolaires, sans oublier le prochain versement des frais de scolarité. Nous parlons bien évidemment de l'enseignement privé, notamment la maternelle et le primaire. Les dépenses d'éducation des enfants ont pris une part de plus en plus importante dans le budget des ménages. Chacun choisi l'école en fonction de ses moyens mais aussi en fonction du système d'enseignement, la langue d'éducation, ou même les services complémentaires proposés par l'établissement.

Alors combien coûte la maternelle et le primaire d’une école privée homologuée par le système d’enseignement marocain ? C’est la question que nous avons posée à plusieurs écoles de Casablanca. Le Groupe Scolaire d'Anfa M'Hamed Bennis, créé en 1968, est l’un des premiers établissements a avoir répondu à nos sollicitations. Ainsi, pour la maternelle et le primaire, il faut compter 4 200 dirhams de frais d’inscription, payable chaque année, en plus de 2 000 dirhams de frais mensuels de scolarités (soit 20 000 dirhams par an), nous détaille une responsable de cette école. Celle-ci propose aussi une réduction de 10%, à partir du troisième enfant.

Jusqu’à 35 000 dirhams par an pour l’école marocaine privée

Pour les mêmes niveaux au sein du groupe scolaire Alexandre 2, un parent doit débourser la somme annuelle de 2 000 dirhams de droits d’inscription, en plus de 2 000 dirhams mensuels de frais de scolarité (soit 20 000 dirhams par an).

L’école Sana Val d'Anfa, développée par le pôle Education du Groupe Saham et proposant un parcours «trilingue d'excellence», affiche des droits de première inscription de 4 100 dirhams pour la première année, alors que les frais de réinscription sont de l’ordre de 2 100 dirhams. Quant aux frais de scolarité, ils s’élèvent à 2 200 dirhams par mois pour la maternelle et 2 500 dirhams par mois pour le primaire.

Quant aux Ecoles Al Yassamine, les frais d’inscription pour la maternelle s’élèvent à 2 900 dirhams par an et de 3 000 dirhams pour le primaire. Quant aux frais de scolarité, ils s’élèvent à 24 150 dirhams annuellement pour le premier niveau et de 27 400 dirhams pour le deuxième. Les parents disposent aussi d’une réduction de 5% à partir du deuxième enfant et de 10% à partir du troisième enfant, indique-t-on sur un dépliant de l’école consulté par Yabiladi.

Si l’école La Prairie n’a pas été joignable, une maman casablancaise ayant inscrit cette année sa fille dans cet établissement nous confie avoir payé «9 500 dirhams de frais d’inscription et de scolarité pour le mois de septembre en plus de 25 200 dirhams de frais de scolarité annuels (payés en trois fois : 8 400 dirhams)». Des tarifs valables «pour la maternelle et le primaire» qui s’élèvent au total d'environ 35 000 dirhams, nous confie-t-elle.

Pour l'école Al Jabr, les droits de première inscription s'élèvent à 10 000 dirhams pour les deux niveaux. Il faut aussi prévoir, selon le dépliant de l'école parvenu ce mercredi à Yabiladi par le biais d'un parent, 6 000 dirhams de droits annuels d'inscription et les frais de scolarité du mois de septembre (3 780 dirhams pour la maternelle et 3 885 dirhams pour le primaire) dès la remise du dossier d'inscription. Les frais de scolarité pour le premier niveau s'élèvent à 37 800 dirhams alors qu'ils sont à l'ordre de 38 850 dirhams pour le deuxième.

Mais si les écoles privées marocaines, homologuées par le ministère de l’Education nationale, restent plus abordables pour les parents à revenus moyens, comparées aux écoles étrangères. Mais d'un côté comme de l'autre, plusieurs écoles ont tout simplement refusé de communiquer leurs tarifs, pourtant censés être publics. C’est le cas notamment du Groupe Lahlou, du groupe scolaire La Joconde, de l’école Léon L’Africain du groupe Elbilia, du groupe scolaire Al Boustane, de l’institut Sanaâ, du groupe scolaire Arrihab, du groupe scolaire Verdun, de l’école Al Jabr et du groupe scolaire Le Cèdre.

Les écoles espagnole et italienne plus abordables ?

L'opacité affichée de ces écoles privées sur les tarifs, contraste avec les écoles étrangères qui se sont montrées très coopératives, voire même affichent les tarifs directement sur internet. Ainsi, l’école italienne est la plus abordable des écoles étrangères. Il faut compter 5 000 dirhams de frais pour une première inscription, payable donc une seule fois. Les parents doivent prévoir la somme de 1 000 dirhams pour chaque passage au niveau suivant. Les frais de scolarité varient quant à eux de 17 500 dirhams par an pour la maternelle à 19 500 dirhams pour le primaire. L’école propose aussi des réductions dès le troisième enfant.

Pour l’école espagnole Instituto Español Juan Ramón Jiménez, il faudra compter pour la maternelle comme pour le primaire, 23 000 dirhams par an, incluant les assurances, les frais de scolarité et les droits d’entrée. Des réductions pour les familles de plus de trois enfants sont proposées. Enfin, «un test d’entrée pour l’enfant et pour les parents» s’impose, nous confie un responsable de l’établissement.

Pour l’école belge, ses tarifs sont directement affichés sur son site. Mais si pour les écoles espagnole et italienne les mêmes tarifs restent applicables quelque soit la nationalité, les enfants de nationalité belges restent exemptés des droits de première inscription au sein de l'école belge. Pour les Marocains, il faut prévoir 35 000 dirhams pour la maternelle et le primaire. Puis dès la 2è année et suivantes, les droits d’inscription passent à 5 000 dirhams pour la maternelle et 6 000 dirhams pour le primaire. Enfin, pour les frais de scolarité, il faut débourser la somme annuelle de 42 400 dirhams pour la maternelle et 51 900 dirhams pour le primaire, payables en trois fois. «Dans les cas de fratrie, une réduction de 20% est accordée sur le droit de première inscription du 2ème enfant puis une réduction de 30% pour le 3ème enfant et au-delà», précise-t-on.

Du côté des établissements américains, les droits de première inscription de la George Washington Academy de Casablanca s’élèvent à 31 000 dirhams. La réinscription est de 1 000 dirhams alors que les frais de scolarité pour la maternelle et le primaire entre 84 500 dirhams annuels pour le premier niveau et 103 400 dirhams pour le second. Sa concurrente, Casablanca American School a tout simplement refusé de communiquer ses tarifs.

Les frais de la British International School à Casablanca restent moins chers. Sur son portail, l’établissement indique qu’il faut compter environ 11 500 dirhams pour une première inscription, alors que la réinscription s’élève à 6 000 dirhams. Les frais de scolarité varient entre 79 100 pour la maternelle et 119 000 dirhams par an pour le primaire. L’établissement propose aussi des réductions de 10% dès le deuxième enfant.

L’enseignement français à Casablanca

Quant à l’enseignement français au Maroc, l’ambassade de France au royaume avait déjà publié les tarifs d’admissions dans les écoles du réseau de l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger (AEFE), de l'Office scolaire et universitaire international (OSUI) et des partenaires. Ainsi, pour le premier groupe, les droits de première inscription (DPI) pour un enfant marocain s’élèvent à 20 000 dirhams, alors que les frais de scolarité varient entre 43 280 dirhams pour la maternelle et 38 880 dirhams pour le primaire. Des montants qui diffèrent de ceux applicables pour les enfants de nationalité française et ceux de nationalité étrangère. Les fratries bénéficient, quant à elles, d’une réduction de 3 000 dirhams sur les DPI à partir du 2ème enfant scolarisé.

Faisant partie du réseau AEFE, l’Ecole internationale de Casablanca (EIC) du pôle Education du groupe Saham, propose des droits de première inscription de 16 000 dirhams, nous confie-t-on par email. Si les frais de réinscription sont de 4 500 dirhams, les frais de scolarité pour la maternelle sont de l’ordre de 39 000 dirhams par an, et grimpent à 43 000 dirhams pour le primaire.

Quant aux écoles du réseau OSUI, selon les tarifs en vigueur en 2018-2019 qui ont peut changé, il faut compter entre 40 000 et 50 000 dirhams de droits de premières inscriptions et entre 43 650 et 46 170 dirhams annuels pour les frais de scolarité pour la maternelle et le primaire.

Enfin, chez l’Ecole française internationale de Casablanca (EFI), partenaire de l’AEFE, les frais de première inscription s’élève à 40 000 dirhams alors que la réinscription coûte 6 000 dirhams. Les frais de scolarité varient entre 43 500 dirhams pour la maternelle et 49 000 dirhams pour le primaire.

Appel à contribution

Si vous êtes parent d’un enfant inscrit en maternelle ou en primaire et vous disposez des tarifs pour les écoles manquantes, n’hésitez pas à nous les communiquer par email à [email protected]

Article modifié le 2019.09.11 à 23h42

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com