Menu

Politique Publié

Rabat refuse de commenter la proposition du PSOE d’élargir le mandat de la MINURSO

Temps de lecture: 1'
Pedro Sánchez, président du gouvernement espagnol. / Ph. La Sexta

Mustapha El Khalfi a botté en touche hier une question sur la proposition du PSOE de Pedro Sánchez, au pouvoir en Espagne, d’élargir le mandat de la MINURSO à la surveillance de la situation des droits humains au Sahara.

«Je n’ai pas l’habitude de commenter les programmes électoraux de partis étrangers», a affirmé le ministre des Relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, lors d’un point de presse.

En revanche, Mustapha El Khalfi a loué la «bonne coopération» entre le Maroc et l’Espagne et égrené les champs d’action dans lesquels les deux pays ont enregistré des avancées, citant particulièrement la lutte contre l’immigration illégale, le terrorisme et le trafic de drogue.

Le ministre a précisé que la réunion du conseil du gouvernement, jeudi 5 septembre, n’a pas abordé la mesure proposée par les socialistes espagnols. Visiblement, la réponse de Mustapha El Khalfi n’a pas vraiment convaincu les représentants des médias présents lors de sa conférence de presse, au point qu’un autre journaliste a plus tard reposé la même question. Une nouvelle fois, Mustapha El Khalfi s’est refusé de commenter la proposition du PSOE.

Il a également rappelé que l’élargissement des prérogatives de la MINURSO à la surveillance de la situation des droits humains a été définitivement balayée par les Nations unies en 2013.

Pour mémoire, le Maroc avait organisé le 28 novembre 2010 une manifestation à Casablanca contre le Parti populaire (PP) alors dans les rangs de l’opposition, contre ses positions sur la question. Il l'a accusé d’avoir accéléré «le vote par le Parlement européen d’une résolution partiale portant atteinte à l’intégrité territoriale» du Maroc.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com