Menu

Société Publié

France : Un marocain risque jusqu’à 10 ans de prison pour « trafic d’êtres humains »

Un Marocain résidant en Italie, arrêté jeudi à Thionville (Moselle, nord-est de la France) avec six Afghans à l’arrière de son véhicule, a été écroué hier et sera jugé ce lundi devant un tribunal correctionnel thionvillois. On lui reproche d’avoir aidé au séjour et à la circulation d’étrangers sur le sol français. Autrement dit,  de «trafic d’être humains». Il encourt jusqu’à dix ans de prison.

Temps de lecture: 2'
DR

Un quadragénaire marocain domicilié en Italie comparait demain, lundi 9 janvier, devant le tribunal correctionnel de Thionville. Il est accusé d’avoir facilité le séjour et la circulation d’étrangers sur le sol français, ou tout simplement de «trafic d’êtres humains». Les faits qui lui sont reprochés ne remontent qu’au Jeudi 5 janvier dernier. Ce jour là,  son véhicule (un break) est arrêté à la sortie de l’A31 en direction de Florange, par les agents de la Police aux frontières (Paf). Les limiers découvrent, à leur plus grand étonnement, six Afghans- un couple avec ses deux enfants âgés de deux et trois ans ainsi que deux mineurs isolés nés en 1995 et 1997- entassés à l’arrière de la voiture.

Le conducteur marocain est immédiatement conduit au commissariat. Devant le procureur et le juge des libertés, il déclarera «rendre service à un ami» en allant seulement déposer le véhicule à Bruxelles, sans faire allusion aux passagers. Un argument trop facile pour convaincre les autorités judiciaires qui l’ont placé ce samedi, en garde à vue. Sa clef USB, qui contient des documents aux allures de faux contrats de travail, et d’autres retraçant des itinéraires de voyage, est venue lui compliquer les choses.

Quant aux six Afghans, indique le procureur de la République de Thionville, Jean-François Mailhes, ils «auraient été pris en charge à la gare de Milan où ils ont remis 5 000 euros à une autre personne chargée d’organiser leur déplacement. Les dépositions laissent penser qu’ils ont quitté leur pays il y a deux ou trois mois et qu’ils ont pu, depuis, bénéficier de relais familiaux. Ils étaient en transit en France avant de rejoindre le Danemark».

Le ressortissant marocain ferait «visiblement» parti d’ «un réseau organisé de passeurs de clandestins» a encore ajouté le procureur. Demain, devant le tribunal correctionnel de Thionville, il risque non seulement une amende de 1 500 euros pour chacun des six Afghans transportés, mais aussi jusqu’à dix ans de prison.

Changeons de discours
Auteur : MPHilout
Date : le 09 janvier 2012 à 14h14
Tout le monde sait que les trafiquants d'êtres humains ont remplacé les marchands d'esclaves pour faire se faire beaucoup d'argent sur le dos d'Africains qu'ils convoient aux Iles Canaries, au Nord du Maroc, à Lampedusa et autres lieux de transit.

Tout le monde sait que ça coûte la peau des fesses à ces clandestins et à leurs familles qui s'endettent pour des décennies et engraissent les trafiquants.

Il est temps de dénoncer les esclavagistes et leurs complices de tous les continents et aider les victimes africaines et asiatiques à leurs régler leurs comptes.

Depuis les années 70 et l'arrêt de l'immigration officielle, le marché aux Noirs, aux Arabes et aux Asiatiques a toujours été prospère pour le bonheur des marchands de sommeil et des entrepreneurs qui en ont toujours tiré profit et cassé le marché du travail.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com