Menu

Environnement Publié

Le Hajj sous la menace d'un stress thermique intense [étude]

Les changements climatiques pourraient nuire aux musulmans qui envisagent de se rendre en Arabie saoudite dans les années à venir pour accomplir leur pèlerinage. Les résultats d'une nouvelle étude révèlent que les futures saisons du Hajj auront lieu durant des étés de plus en plus chauds.

Temps de lecture: 2'
Des musulmans effectuant leur pèlerinage à la Mecque. / Ph. DR

Le pèlerinage musulman ou le Hajj, cinquième pilier de l’islam, est lui aussi menacé par le changement climatique. Une nouvelle étude réalisée par des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) révèle que le stress thermique peut constituer un danger pour les pèlerins musulmans.

Les conclusions de cette étude, publiée le 22 août dans la revue Geophysical Review Letters, prévoient une «augmentation de la fréquence et de l'intensité de stress thermique à la Mecque pendant le pèlerinage».

Les chercheurs expliquent que pour les années à venir, le rituel musulman qui attire des millions de pèlerins annuellement aura lieu pendant les «mois les plus chauds de l'été». Et comme la plupart des rituels du Hajj nécessitent de passer 20 à 30 heures en plein air pendant cinq jours, le soleil brûlant et la chaleur menaceraient la vie des pèlerins.

Elfatih Eltahir, professeur au MIT, et deux collègues du California Institute of Technology, soulignent que les risques «pour les participants au Hajj pourraient être sérieux cette année et l'année prochaine, ainsi que lorsque le Hajj - dont la date varie selon le calendrier lunaire - se déroule à nouveau pendant les mois les plus chauds de l'été», rapporte le MIT. Les chercheurs se référant également aux périodes de 2047 à 2052 et de 2079 à 2086.

Contre-mesures et restrictions sur le Hajj

Le Hajj pourrait être dangereux pendant ces étés extrêmement chauds, en raison également de la nature des activités menées par les pèlerins au cours de cette période de l'année. L’étude pointe du doigt les installations et le grand nombre de pèlerins qui exécutent les mêmes rituels au même moment. «Si vous avez un encombrement dans un endroit (…), plus les conditions météorologiques sont difficiles, plus il est probable que cela entraîne des incidents», avertit Elfatih Eltahir.

En plus de ces résultats, l'étude insiste sur le besoin urgent de planifier et de mettre en œuvre des «contre-mesures» et des «restrictions à la participation au pèlerinage».

Les auteurs de l’étude indiquent que «les facteurs qui déterminent la vulnérabilité (des pèlerins pendant ces étés chauds) incluent des facteurs structurels tels que la capacité des installations du Hajj et la qualité de la logistique de transport et des facteurs non structurels tels que la répartition par âge, la santé et le nombre de pèlerins».

Pour les chercheurs du MIT, l’Arabie saoudite doit penser à «l’intensité, la fréquence et la durée du stress thermique pour l’avenir» lors de la planification des saisons du Hajj. L'étude «devrait contribuer à éclairer les choix politiques, y compris les politiques d'atténuation du changement climatique ainsi que les plans d'adaptation», déclare le chercheur.

L'étude estime enfin qu'une stratégie bien étudiée, telle que la réduction du nombre de pèlerins, permettrait de réduire le danger que le changement climatique et le stress thermique pourraient avoir sur le Hajj et les pèlerins au cours de ces périodes à haut risque.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com