Menu

Politique Publié

Sahara occidental : Le Polisario tente la carte des «disparitions forcées»

Temps de lecture: 1'
Les camps de Tindouf au sud-ouest algérien. / Ph. DR

Il y a quelques jours, des médias pro-Polisario ont lancé une «campagne internationale de sensibilisation au phénomène de la disparition forcée au Sahara occidental». A la tête de cette initiative, «Saharawi Voice» et «Equipe Media» qui ont déjà commencé à diffuser des capsules d’anciens «détenus sahraouis» au Maroc. 

«Des personnes détenues pendant des années dans des centres de détention marocains secrets au cours desquelles elles ont été soumises à la torture physique et psychologique», indique Equipe Media sur sa page Facebook. Une première capsule d’un certain «Barka» qui raconte son histoire qui se serait déroulée «un après-midi de 1981» a été diffusée hier. Il accuse notamment le Maroc de l’avoir «enlevé pendant 10 ans».

Cette campagne médiatique, sous le hashtag #Plaies_ouvertes sur les réseaux sociaux, fait suite à un appel, lancé en ce mois d’août, par des militants pro-Polisario pour la constitution d’une «milice électronique sur les réseaux sociaux», dont l’objectif est de «largement relayer» la thèse séparatiste.

Ainsi, il y a une semaine, le média Futuro Sahara a expliqué que cette «armée électronique» comprend «plusieurs jeunes intellectuels» qui tenteront de «contrer la propagande» du Maroc et de «briser l’embargo imposé sur le Sahara occidental» en visant notamment des plateformes médiatiques et de droits de l’homme internationales, auxquelles ils comptent «envoyer des photos et des vidéos» de violations présumées des droits de l’homme.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com