Menu

Politique Publié

Nomination à de hautes fonctions : L'Istiqlal vent debout contre les «pratiques clientélistes»

Temps de lecture: 1'
Des membres du groupe istiqlalien à la Chambre des représentants. / Ph. DR

Le parti de l’Istiqlal a déposé une proposition de loi devant permettre la fin du système de «rente politique» en matière de nomination aux postes à haute responsabilité par le gouvernement.

Ce texte, soumis par la chambre des représentants à la Commission de la justice, de la législation et des droits de l’Homme, prévoit un changement radical dans les conditions de sélection et de détermination des compétences loin de «tout échange de bons procédés entre les partis», rapporte Al Massae ce lundi.

Cette proposition de loi, défendue par les députés Noureddine Mediane et Lahcen Haddad du groupe istiqlalien, préconise le recours à un concours afin d’«instaurer le principe de la compétence, du mérite et de l’efficacité pour couper court aux pratiques clientélistes».

Al Massae rappelle que le conseiller istiqlalien, Rahal El Mekkaoui avait affirmé que 90 à 95% des nominations à des postes à responsabilités ont été décidées sur la base du «clientélisme et de l’adhésion partisane». Il souligne, auprès du journal, que les nominations sont dominées par la logique du «choix d’un proche qui s’adapte facilement au système en vigueur...». Pour lui, «l’administration connaît d’innombrables problèmes à cause justement des dysfonctionnements enregistrés dans les nominations à des postes à haute responsabilité».

Toujours selon Al Massae, cité par Le 360, le conseiller istiqlalien a rappelé que la loi organique relative à la nomination aux fonctions supérieures donne le droit au chef du gouvernement de désigner les titulaires de 1100 à 1150 postes à responsabilités.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com