Menu

Société Publié

Italie : La résurgence du message anti-islam de la journaliste Oriana Fallaci

Temps de lecture: 1'
Oriana Fallaci est l’une des journalistes les plus célèbres d’Italie. / Ph. Ansa

Lors de son rassemblement politique à Milan en mars dernier, le ministre de l’Intérieur et vice-Premier ministre italien, Matteo Salvini, avait mentionné deux femmes : la Vierge Marie, qui, a-t-il dit, «va nous mener à la victoire», et Oriana Fallaci, qu’il a décrite comme «la mère fondatrice de cette Europe», indique Al Jazeera.

Oriana Fallaci est l’une des journalistes les plus célèbres d’Italie. Décédée en 2006, elle a notamment couvert la guerre du Vietnam et interviewé des personnalités politiques telles que le diplomate américain Henry Kissinger, l’ex-Première ministre de l’Inde Indira Gandhi et l’ancien guide de la révolution iranienne Ruhollah Khomeini.

Après le 11 septembre, elle avait adopté une position anti-islamique et son héritage connaît aujourd’hui un regain de popularité en Italie. En cette année 2019, la nouvelle classe politique dirigeante semble d’ailleurs le redécouvrir.

Des rues et des places ont été baptisées en son nom à Pise, Arezzo et Gênes. Un jardin public lui a également été dédié à Sesto San Giovanni, une ville industrielle proche de Milan, où le maire a bloqué la construction d’une mosquée et a récemment mentionné Fallaci dans son discours d’inauguration : «ses exhortations à se réveiller en Occident résonnent encore aujourd’hui», a-t-il déclaré. Matteo Salvini s’est également inspiré de Oriana Fallaci pour élaborer son nouveau projet de loi sur la sécurité.

En Italie, ses idées ne sont pourtant pas perçues comme radicales – son manifeste anti-islam a été publié pour la première fois dans le journal le plus prestigieux du pays, précise Al Jazeera. En Italie, expliqua-t-elle, «il n’y a pas de place pour les muezzins, les minarets (…) et leurs tchadors».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com