Menu

Environnement Publié

Les sols marocains pas épargnés par le réchauffement climatique, selon le GIEC

Dans un rapport présenté ce jeudi, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat s’inquiète de l’érosion des sols et la surexploitation des ressources. Au Maroc, des solutions adaptées aux cultures locales doivent être mises en place.

Temps de lecture: 3'
L'oasis de la Gorge de Todgha à Ouarzazate. / DR

Comment le réchauffement climatique impacte-t-il les terres dédiées aux cultures et à l’élevage et, a contrario, comment les pratiques agricoles et la déforestation influent-elles sur le climat ? Comment ces impacts se traduisent-ils sur la sécurité alimentaire ? Tels sont les enjeux auxquels s’est intéressé le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Dans ce sens, un rapport scientifique a été dévoilé ce jeudi 8 août, sur «les changements climatiques, la désertification, la dégradation des terres, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres», indique Le Monde.

Long de 1 200 pages, ce document réunit une centaine de chercheurs originaires de 52 pays. Pour la première fois, une majorité d’auteurs de pays en développement y ont participé. Parmi eux, la Marocaine Fatima Driouech, ingénieure, ex-cheffe du Centre national du climat à la direction de la météorologie nationale et coprésidente du groupe de travail sur les bases scientifiques physiques du GIEC.

«Le rapport a fait l’évaluation de toute la littérature scientifique sur le changement climatique, la désertification, la dégradation et la gestion durable des terres, et les flux de gaz à effet de serre. Il souligne l’importance de prendre des mesures très rapidement pour contrer les effets de la désertification, de la dégradation des terres et du changement climatique afin de préserver les sols et les terres, de limiter la désertification et d’assurer une meilleure sécurité alimentaire», nous dit Fatima Driouech depuis Genève, en marge de la présentation du rapport du GIEC.

La réduction des ressources en eau, une plaie pour l’oasis de Figuig et la vallée du Drâa

Le rapport prévoit au Maroc une augmentation de la charge en sédiments en raison de la réduction des précipitations, couplée à une hausse des processus d’érosion des sols hydrologiques et éoliens, conséquence directe des sécheresses dans les zones arides. «L’impact de l’augmentation des fortes précipitations et de la température sur l’érosion des sols devrait être modulé par les pratiques de gestion des sols, la saisonnalité des précipitations et la couverture végétale», soulignent également les auteurs.

«De façon générale en Afrique du Nord, des changements se font déjà ressentir. Au Maroc, l’empreinte du changement climatique se traduit par l’augmentation des vagues de chaleur et des températures, en termes de fréquence, d’intensité et de durée», commente Fatima Driouech. «La région méditerranéenne connaît une hausse de la sècheresse, sans compter que les projections font état d’une augmentation de la sècheresse dans tout le pourtour méditerranéen. Il pourrait y avoir un impact sur la productivité et le rendement des sols, ainsi que sur les ressources en eau. Mais l’impact de ces changements dépendra des scénarios futurs, en l’occurrence de nos modes de vie», estime-t-elle. D’après le rapport, les coûts annuels de la dégradation des sols sont estimés à 1% du PIB en Algérie, contre 0,5% au Maroc et en Tunisie.

Les oasis ne sont pas en reste. Ainsi, les experts du GIEC préviennent que la diminution de la recharge des aquifères, ces terrains poreux permettant l’écoulement d’une nappe souterraine et le captage de l’eau, aura un impact sur l’approvisionnement en eau de l’oasis de Figuig et de la vallée du Drâa. Des études de modélisation ont d’ailleurs fait état d’une diminution à long terme de l’eau disponible et d’un risque accru de pénurie d’eau, notamment pour les oasis au Maroc. «Il y a effectivement des risques en termes de réduction des ressources en eau, y compris sur l’alimentation des nappes souterraines. Les régions oasiennes devraient subir des impacts aux effets complexes, jusque dans la péninsule arabique», précise Fatima Driouech.

Mettre en place des solutions adaptées aux cultures locales

Le GIEC cite également d’autres études prévoyant une forte diminution du froid hivernal, «ce qui laisse craindre que de nombreuses espèces actuellement bien établies ne seront plus viables dans les endroits où elles sont cultivées aujourd’hui». Cela implique que le climat local ne pourra plus être adapté pour les espèces qui dépendent des hivers froids pour rompre leur période de dormance. Sans actions d’adaptation adéquates, les conséquences pour de nombreux oasis traditionnels et autres plantations d’espèces similaires pourraient être très négatives, prévient le GIEC.

«Certaines plantes auraient des difficultés à survivre dans des climats différents. Parmi les solutions envisagées, on peut songer à développer des plantes plus résistantes à la chaleur. Le rapport a également souligné l’importance des connaissances des cultures locales en termes d’adaptation des communautés aux conditions climatiques. Il y a plusieurs solutions locales qui peuvent être mises en place, à condition de tenir compte de leur faisabilité, de leur efficacité et de leur efficience. Cela n’exclut pas pour autant l’innovation et le transfert de technologies», conclut Fatima Driouech.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate