Menu

Politique   Publié

Polémique de bénévoles belges à Taroudant : Un parlementaire PJD saisit le ministre de l’Intérieur

Après Amina Maelainine et Noureddine Kchibel, un autre parlementaire du PJD est au coeur d’une polémique. Ali El Asri, conseiller à la Chambre haute, s’en est violemment pris aux «habits de plage», que portaient des touristes belges dans un chantier associatif à Taroudant.

 

Temps de lecture: 2'
Ali El Asri, conseiller PJD au Parlement / DR

Lundi soir dans une opération coordonnée avec la DGST, des éléments de la Brigade nationale des la police judiciaire ont procédé à l’arrestation d’un enseignant à Ksar El Kébir pour apologie du terrorisme.

Le suspect avait, quelques heures auparavant, posté sur les réseaux sociaux un appel incitant à des actes criminels dangereux à l'encontre de jeunes belges faisant du bénévolat dans la région de Taroudant.

Moins de 24 heures après cette interpellation, un parlementaire PJD a pris pour cible de manière agressive ce groupe de Belges. Ali El Asri a également choisi Facebook pour reprocher aux touristes «de porter des habits de plage» alors qu’elles sont au Maroc pour contribuer à alléger l’enclavement d’une population délaissée par ses représentants.

Le conseiller parlementaire s’est interrogé sur «le message» véhiculé par les touristes belges en participant au chantier avec une telle tenue vestimentaire «dans une région connue pour être conservatrice et qui résiste encore aux vagues de l’occidentalisation et de la nudité».

L’islamiste adresse une question écrite à Laftite

Des propos dénoncés par de nombreux internautes. Certains ayant même appelé à son arrestation pour «apologie du terrorisme» au même titre que l’enseignant de Ksar El Kébir. Furieux, Ali El Asri a immédiatement riposté en accusant «le terrorisme laïc d’user de toutes ses forces pour museler toutes les voix y compris celles des représentants du peuple au Parlement».

Mais dans la soirée de mardi, le PJDiste a effacé ces deux posts controversés pour publier une question écrite adressée au ministre de l’Intérieur portant sur «la nature des chantiers réalisés ou supervisés par des étrangers au Maroc».

Sans renier ses convictions, l’islamiste a estimé dans une introduction que certains chantiers sociaux obéissent à «des objectifs non-déclarés», appelant en conséquence les services de Abdelouafi Laftite à les «surveiller» et «à s’en méfier».  

Il a ainsi exigé du ministre de lui fournir «le nombre exact de ces chantiers, leur répartition qualitative et géographique et leurs sources de financement». El Asri veut savoir également «les procédures des autorisations et les mécanismes de suivi» de ces actions sociales «afin de s’assurer que leurs objectifs sont philanthropiques». Il a enfin proposé au ministre de l’Intérieur «de publier un rapport annuel sur tous ces chantiers et le présenter au Parlement pour son examen».

Article modifié le 2019.08.07 à 12h08

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com