Menu

Société Publié

Espagne : Les flux migratoires chutent de 70% en juillet grâce au Maroc

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. / Ph. DR

L'implication croissante du Maroc dans l’interception de pateras dans ses eaux territoriales et le contrôle des mafias actives dans la traite des êtres humains a de nouveau entraîné une diminution significative de la pression migratoire sur les côtes espagnoles par rapport à 2018, rapporte le média espagnol ABC.

Ainsi, tout au long du mois de juillet et selon les données de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 2 362 hommes et femmes ont été interceptés en mer et emmenés en Espagne, contre 7 885 à la même période de l'année dernière, ce qui représente une diminution de 70%. A cela s’ajoute les 226 autres migrants qui sont entrés de manière irrégulière par les clôtures de Ceuta et de Melilla, alors qu'en 2018, ils étaient 1 085, poursuit le média. 

«En chiffres absolus, il reste donc 2 588 immigrants sans papiers en juillet, soit 71,1% de moins que les 8 940 recensés l'année précédente», informe-t-il.

Cette tendance à la baisse serait enregistrée de manière continue depuis février. Au 25 juillet, les opérations entreprises par les autorités espagnoles ont été au nombre de 15 851, contre 24 117 une année auparavant. «C'est 34,2% de moins», poursuit ABC qui estime que cette «prise de contrôle de la migration» a permis à l’Espagne de ne plus être la plus grande destination d'Europe des flux migratoires à la fin du mois de mars. La Grèce ayant de nouveau pris la tête du classement en tant que principal point d'entrée de migrants sur le continent européen, conclut ABC.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com