Menu

Société Publié

Valence : Un Marocain met fin à ses jours dans un centre de détention des étrangers

Temps de lecture: 2'
Une manifestation de l'ONG espagnole «CIEs NO» devant le centre de détention des étrangers (CIE) de Valence. / Ph. EFE

Le corps sans vie du Marocain Marouane Abouobaida a été retrouvé le 15 juillet dernier dans sa cellule d’isolement au Centre de détention des étrangers (CIE) de Valence. Il devait souffler sa 24e bougie samedi dernier, rapporte le média espagnol Levante-emv, qui précise que le jeune marocain s'est pendu en utilisant sa chemise. 

Bien que son suicide ait été enregistré par les caméras de sécurité du centre, la police aurait mis 19 minutes à s’en rendre compte, selon les conclusions de l'enquête ouverte par la police de Valence.

Pour l’instant, l’heure est à l’indignation au sein des milieux associatifs et politiques dans cette ville espagnole. Ainsi, selon le média, l’organisation «CIEs NO», qui exige la fermeture de ces centres où des étrangers sont retenus avant leur expulsion du pays pour des raisons aussi diverses que l’absence de papiers, a dit avoir appris que Marouane Abouobaida avait écrit le 14 juillet une demande à l'attention du directeur du centre qui, comme l'indique le document, n’a été livrée qu’à 15 heures le 15 juillet, une heure et neuf minutes avant sa mort.

Dans le texte, le jeune homme explique qu'il n'a pas de vision au niveau de l'œil gauche et qu'il souffre de maux de tête à la suite d'une bagarre. Pour l’organisation «CEI NON», cette communication «prouverait que les responsables du centre étaient au courant des conditions physiques et psychologiques précaires dans lesquelles se trouvait Marouane Abouobaida».

L’association affirme que malgré les blessures qu'il a subies, le jeune marocain était enfermé dans une cellule d'isolement. Elle demande les comparutions du ministre espagnol de l'Intérieur et du délégué du gouvernement auprès de la communauté valencienne, ainsi que la destitution du directeur du Centre de détention pour étrangers de Valence.

Marouane Abouobaida a été arrêté à son arrivée en Espagne à bord d'une embarcation sur ordre d'un tribunal d'Algeciras (Cadix). Il travaillait comme soudeur au Maroc et avait décidé d’immigrer en Espagne pour «tenter sa chance et aider sa mère financièrement», explique sa tante Malika, qui vit à Madrid et avait rendu visite au jeune homme une semaine avant sa mort.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com