Menu

Environnement Publié

Disparaissant en Espagne, les coléoptères abondent au Maroc

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. / DR

Si un grand nombre d’insectes est impacté par le changement climatique, il n’empêche que ce facteur n’est pas le seul qui les menace. Les champs agricoles convertis en vastes zones de monocultures et les fumigations sans contrôle liées à l’urbanisme constituent la tempête parfaite de leur déclin, observe un groupe de scientifiques du Conseil supérieur de la recherche scientifique (CSIC), relayé par le journal El País.

Ce groupe compare la situation de certaines espèces de coléoptères dans la péninsule ibérique et au Maroc depuis des années. Parmi eux, les Ténébrionides, des coléoptères non volants, sont arrivés dans la péninsule ibérique il y a plus de 60 millions d’années et ont réussi à créer une lignée de 179 espèces endémiques. Or, la lignée est actuellement en proie à un processus d’extinction causé par l’Homme.

Au Maroc en revanche, ils sont encore faciles à trouver. «Il est clair que quelque chose se passe avec ces insectes dans la péninsule ibérique, mais pas dans le pays voisin. Par conséquent, cela n’a rien à voir avec le changement climatique, qui affecte aussi bien les deux pays», a expliqué Mario García Paris, chercheur au CSIC lors du Congrès national d’entomologie, qui se tient à Madrid.

Les scientifiques ont mené des études génétiques sur les deux populations et n’ont aucun doute : «Elles appartiennent à la même famille et ont les mêmes besoins physiologiques. Le seul point pertinent entre les deux pays qui pourrait faire la différence (…) est la différence de gestion agricole et d’utilisation des terres», indique-t-on de même source. En Espagne, il y a eu une intensification des cultures, avec une utilisation accrue d’insecticides, en plus d’un développement urbain «débridé sur la côte méditerranéenne», a déclaré Mario García Paris.

Au Maroc, où vit une espèce sœur, la situation n’est pas du tout la même. «Ils sont partout : lorsqu’on en cherche, on en voit des dizaines et des dizaines.» Pour les experts, c’est là encore la preuve que la situation n’est pas due au changement climatique.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com