Menu

Société Publié

Ceuta : 3 500 femmes et 200 enfants marocains vivent quotidiennement de la contrebande

Temps de lecture: 1'
Chaque jour, des milliers de Marocains se présentent au poste-frontière entre Ceuta et le Maroc pour stocker puis revendre des marchandises espagnoles / Ph. Andres Carrasco (SIPA)

Près de 3 500 femmes et 200 mineurs exerçant des activités économiques informelles sur le point de passage vers Ceuta, enclave espagnole au Maroc, vivent du commerce de contrebande, selon un rapport commandé par la Chambre marocaine des représentants.

Cité par le média local Ceuta Actualidad, ce document a été rédigé par une mission parlementaire de reconnaissance sur la situation de ces deux catégories sociales au poste-frontière. La délégation parlementaire s’est rendue sur les lieux à plusieurs reprises entre juillet et novembre 2018, concluant sur ces chiffres en tant que moyenne des activités, généralement du lundi au jeudi.

Dans ce sens, les députés ayant assisté à la présentation de ce rapport au Parlement ont dénoncé les conditions «inhumaines» des femmes marocaines porteuses de marchandises. En outre, le comité a dénoncé la détérioration de la gestion du passage des frontières et a proposé des mesures provisoires et des stratégies pour mettre fin définitivement à cette contrebande.

Cité par la même source, le ministre de la Santé, Anas Doukkali, a expliqué qu’en 2018, les services de son département sont intervenus pour traiter 84 cas de ces femmes souffrant de problèmes de santé liés à ces activités professionnelles non structurées, précisant que deux d’entre elles sont décédées.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com