Menu

Politique   Publié

Deal du siècle : «Dieu maudira ceux qui abandonneront le sang des martyrs»

Ces mardi et mercredi, la capitale bahreïnienne Manama accueillera une conférence convoquée par Washington au cours de laquelle le volet économique du plan de paix israélo-palestinien, appelé «Deal du siècle» devrait être présenté. Abbas Zaki, membre du comité central du mouvement Fatah, en charge des relations arabes, revient pour Yabiladi sur la position des Palestiniens de cette rencontre.

Temps de lecture: 3'
Abbas Zaki, membre du comité central du mouvement Fatah, en charge des relations arabes. / Ph. DR

Comment voyez-vous la conférence de Bahreïn au sein du mouvement Fatah et l’autorité palestinienne ?

Nous le voyons comme un épisode d’une série destinée à liquider la cause palestinienne, qui correspond à la vision israélienne de résoudre le conflit le plus complexe de l’histoire. Nous boycottons cette conférence et interdisons à quiconque de nous y représenter. Nous n'accepterons aucun résultat de cet atelier, car bien qu’il évoque le développement et la prospérité, ces deux derniers restent impossibles à la lumière de l’occupation de la Palestine. Cet atelier intervient pour porter atteinte au projet de paix arabe.

Qu'en est-il des pays arabes ayant annoncé leur participation à cette conférence ?

Ce sont des normalisateurs qui ont vendu leur cause centrale, la Palestine, ainsi que leur nationalisme arabe. Ils déclaraient lors des sommets arabes successifs qu’ils accepteront ce que les Palestiniens acceptent, et refuseront ce que les Palestiniens refusent. Là, nous n'acceptons pas la conférence de Bahreïn et nous n'y participerons pas. A eux d’y prendre part sous les ordres de (Jared) Kushner et Benyamin Netanyahu.

Ils y prennent part sur la base de leur légitimité mais ils ne représentent rien pour leurs peuples. Nous leur disons qu’ils doivent nous révéler leur vrai visage. Laissons-les coopérer avec les ennemis. Pour nous, nous adoptons toujours l’adage qui dit «Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m'en charge !»

Ceux qui tournent le dos à Jérusalem et marchent avec les Etats-Unis et Israël, ils se dirigent vers la poubelle de l'histoire.

On parle aussi de «pressions» des pays du Golfe sur les Palestiniens pour accepter le «Deal du siècle»...

Nous saluons et apprécions le rôle du grand pays qui porte le titre de nation et sa dignité : le Koweït. Quant aux dirigeants qui conspirent contre nous, nous les laissons à leurs peuples. Nous disons que nous devons nous unir et travailler et ne pas être des substituts de ces grands peuples partout dans le monde pour qui la question palestinienne est l’une des causes nationales.

Comment voyez-vous la position marocaine quant au «Deal du siècle» ?

Il suffit qu’au Maroc une marche du million soit organisée, comme ce dimanche. Le Maroc est uni dans l'amour de la Palestine et je crois que c'est cette attitude des masses qui nous réjouit, de voir le peuple de notre Oumma nous soutenir. Nous misons sur ces grands peuples.

Que ferez-vous face au plan américain ?

Je vais répondre par un exemple historique. Napoléon Bonaparte avait triomphé et était capable d'occuper tous les terrains qu'il souhaitait. Mais, arrivé à la ville palestinienne Akka (Acre), il avait été battu et n'avait pas pu y entrer. Il avait jeté son casque par-dessus la muraille, dénonçant une petite ville lui ayant fait oublier ses victoires.

Lorsqu'Israël a vaincu les armées arabes en six jours en 1967 et occupé des régions d'Égypte, de Syrie et de Cisjordanie, nous avons mené une lutte de guérilla. Abou Ammar (Yasser Arafat) nous a alors ordonné de ramener la victoire pour cette Oumma vaincue par notre sang. Nous et la courageuse armée jordanienne avons vaincus et défait Moshe Dayan (ministre israélien de la Défense de l’époque). Cette histoire et cette lutte héritée nous ne les abandonnerons pas. Notre peuple est uni, nous ne serons pas des esclaves sur notre terre, nous ne remettrons pas aux sionistes le lieu le plus sacré de cette planète.

La question palestinienne chez ceux ayant la conscience propre est une question interne et non la question de voisins ou des proches. Celui qui nie cette question et la livre aux sionistes sera maudit.

Pour la première fois, les peuples arabes sont tous derrière une direction palestinienne ayant refusé l'humiliation et ayant fait des concessions pour obtenir la paix.

Nous appliquerons les paroles du président Yasser Arafat qui a dit que les Palestiniens sont «un grand peuple qui, en cas de perte d’espoir, peut créer des miracles». Nous sommes tous des «projets de martyrs». Dieu et le monde attesteront que, tout comme Napoléon a été vaincu à Acre, Trump sera vaincu en Palestine, car cette équation ne peut pas être résolue par ceux ayant des esprits faibles. Il s’agit d’un conflit complexe et violents pour lequel des Marocains, des Algériens, des Yéménites, des Syriens et d’autres ont sacrifié leur vie. Dieu maudira tous ceux qui abandonneront le sang des martyrs de la nation arabe, notre histoire et nos victoires pour négocier l'avenir de ce grand peuple.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com