Menu

Santé Publié

Grève des étudiants médecins : Au moins trois enseignants suspendus de leurs fonctions

24 heures après le boycott des examens à hauteur de 100% dans les facultés de médecine, de médecine dentaire et de pharmacie du Maroc, trois enseignants ont reçu l’avis de leur suspension et de l’interruption du versement de leur salaire. Alors qu’ils devront comparaître devant un conseil de discipline, les grévistes dénoncent une «escalade» des ministres de tutelles, qu’ils appellent volontiers à démissionner.

Temps de lecture: 2'
Faculté de médecine et de pharmacie à Rabat / Ph. DR.

Dans des correspondances datées du 12 juin et relayées publiquement ce mercredi, le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a décidé de suspendre avec interruption de salaire au moins trois enseignants médecins.

Si le département de Saïd Amzazi considère que les concernés ont «failli» à leurs «engagements professionnels», les étudiants en médecine grévistes condamnent cette décision qu'ils considèrent comme une «mesure punitive» visant des professeurs favorables au boycott des examens de fin d’année.

En effet, l’enseignant visé par cette mesure au sein de la Faculté de médecine et de pharmacie (FMP) n’est autre qu’Ahmed Belhous, par ailleurs représentant du Syndicat national de l’enseignement supérieur au sein de l’établissement. Autres professeurs visés, Ismaël Ramouz (Université d’Agadir) et Saïd Amal (Université de Marrakech), qui ont tous deux exprimé leur solidarité avec la grève des étudiants en médecine depuis plusieurs semaines.

Le syndicat des enseignants pourrait rejoindre officiellement le mouvement de grève

Le syndicat national de l'enseignement supérieur n’a jusque-là par réagi officiellement à la situation au sein des facultés. Mais la situation pourrait changer suite à l'annulation des examens et aux réunions des professeurs dans différentes facultés de médecine.

Contacté par Yabiladi, Ayoub Aboubiji, porte-parole de la Commission nationale des étudiants en médecine au Maroc, confirme que les examens prévus ce jeudi ont été annulés et que les professeurs se sont rencontrés au sein des établissements pour évoquer la suspension de leurs collègues et décider des futures démarches à suivre.

«Les plis des examens n’ont pas été ouverts à la faculté de Marrakech, où les étudiants étrangers ont été priés de quitter les salles d’examens 30 minutes après le début prévu des examens, les enseignant étant partis se concerter sur la suite.»

Ayoub Aboubiji

En attendant, certains étudiants commencent déjà à appeler à ce que «la 17e points à ajouter au dossier revendicatif» soit «le retour des enseignants suspendus de leurs postes». D’autres encore décrivent une situation arrivée à un «point de non-retour», appelant ouvertement à la démission du ministre de la Santé, Anas Doukkali et de celui de l’Education nationale, Saïd Amzazi. Le 10 juin dernier et face au maintien des examens dans les facultés de médecine, 100% des étudiants ont boycotté les épreuves à l’échelle nationale.

Article modifié le 2019.06.12 à 21h21

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com