Menu

Société Publié

Maroc : El Azami tenterait de calmer la grève des étudiants médecins

Temps de lecture: 1'
Parallèlement au boycott des examens par les étudiants médecins, leurs parents ont observé des sit-in devant les facultés pour leur exprimer leur solidarité, ici le 10 juin 2019 à Rabat / Ph. Hespress

Deux jours après le boycott des examens dans l’ensemble des facultés de médecine, de médecine dentaire et de pharmacie à hauteur de 100%, le député PJD Driss El Azami El Idrissi aurait tenté une médiation indirecte «dans le but de trouver une solution globale à la crise». Par le biais d’«un intermédiaire», il explique ce mercredi à Alyaoum24 que ses démarches bénéficient d’«un accord avec tous les responsables des groupes parlementaires, sur une initiative parlementaire collective voulant parvenir à une solution».

Selon El Azami, cette médiation porte notamment sur la tenue de réunions entre les ministres de la Santé et de l’Education nationale, la formation professionnelle, l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, et les représentants des étudiants grévistes.

Avant cela, les groupes parlementaires avaient appelé les ministères de tutelle à définir de nouvelles dates pour la tenue des examens de fin d’année, afin de «préserver les acquis d’une année de dur labeur et d’ouvrir aux étudiants médecins de nouveaux horizons leur évitant le spectre d’une année blanche», tout en poursuivant le dialogue avec les concernés.

Le jour du boycott des examens en opposition à l’ouverture du concours d’accès au secteur de la santé publique aux diplômés des facultés de médecine privées, l’Association marocaine des droits humains (AMDH) avait adressé dans ce sens une lettre ouverte au chef du gouvernement, aux ministres de tutelle, aux doyens des facultés de médecine ainsi qu’aux présidents des universités. Le courrier de l’ONG appelait justement à trouver en urgence une issue à ce blocage.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com