Menu

Société Publié

Maroc : L’accès aux visas espagnols pas aussi facile qu’annoncé officiellement

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration / Ph. DR.

Depuis mai dernier, des Marocains postulant pour des visas Schengen pour l’Espagne ont été surpris de découvrir que l’intégralités des pièces demandées doivent être accompagnées de traductions intégrales vers l’espagnol. C’est l’exemple à Rabat de BLS Contacts, partenaire sous-traitant de l’ambassade d’Espagne au Maroc, chargé de réceptionner les demandes de visa.

En effet, les demandeurs s’interrogent encore s’il s’agit d’une décision des représentations consulaires ibériques au Maroc ou d’une initiative unilatérale de BLS Contacts selon les régions, puisque les postulants à Casablanca ne sont pas tenus par cette obligation. Auprès des bureaux de sous-traitants, même la traduction de l’intégralité du livret de famille est requise, lorsque cette pièce est demandée.

De plus, «la traduction doit exclusivement se faire chez un traducteur figurant sur la liste qui figure sur le site de BLS», indique une utilisatrice, ajoutant que «la prise en charge doit être obligatoirement faite en arabe et espagnol et légalisée, un nouveau formulaire étant désormais disponible». A la question de savoir en effet si la décision est prise par BLS ou les consulats espagnols, Yabiladi a tenté de joindre les deux parties à plusieurs reprises mais en vain.

Ces usages sont observés alors que le Parlement européen a adopté le nouveau règlement concernant les visas Schengen de courte durée, prévoyant notamment une hausse des droits qui passent de 60 à 80 euros. La Commission européenne justifie cette mesure par «les coûts de traitement ayant sensiblement augmenté au cours des dernières années» ainsi que la nécessité de «maintenir un personnel consulaire en nombre suffisant dans le monde entier».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com