Menu

Politique Publié

M’Barka Bouaida, première femme présidente d’une région ?

En septembre 2015, les élections des présidents des douze régions est strictement restée une affaire d’hommes. Mme M’Barka Bouaida pourrait briser cette hégémonie en accédant à la présidence de la région Guelmim-Oued Noun.   

Temps de lecture: 2'
M’barka Bouaida / DR

A des centaines de kilomètres de Rabat, et précisément au coeur de la région de Guelmim-Oued Noun se joue une autre bataille, pour l’instant à fleurets mouchetés, entre le RNI et le PJD.

A quelques jours de l’expiration, le 20 mai prochain, de la 2ème et dernière suspension du Conseil de la région par le ministère de l’Intérieur, la Colombe a mandaté M’Barka Bouaida pour négocier l’avenir de la collectivité territoriale avec les autres composantes politiques. Principale directive : constituer une nouvelle majorité autour du RNI mais sans la participation des islamistes de la Lampe et l’actuel président, Abderrahim Bouaida, son cousin, également RNIste.

Pour ce faire, la dame a depuis quelques jours pris ses quartiers à Agadir où elle enchaine les réunions. Elle serait déjà parvenue à un projet d’accord pour la répartition des postes au bureau. Le RNI conserverait le fauteuil de la présidence en la personne de Mme Bouaida, le PAM se verrait confier la 1ère vice-présidence, l’Istiqlal la deuxième, l’USFP la troisième et enfin le MP la quatrième.

Le ministère de l’Intérieur avait invité les parties à une «autocritique»

En revanche, le PJD serait contraint de basculer dans les rangs de l’opposition alors qu’il occupe encore la 1ère vice-présidence du conseil de la région Guelmim-Oued Noun.

La viabilité du plan concocté par M’Barka Bouaida, avec l’adhésion de plusieurs forces politiques, est entre les mains de son cousin. Celui-ci doit impérativement présenter sa démission pour lui laisser la voie libre, ce qui semble peu propable. En témoigne, l’échec de la réunion tenue hier soir à Agadir en raison justement du refus d’Abderrahim Bouaida de rendre le tablier.

Si les négociations échouent, il reviendra au ministère de l’Intérieur de trancher. A deux reprises, le département dirigé par Abdelouafi Laftite a prononcé la suspension pour une durée de six mois du Conseil de la région Guelmim-Oued Noun : le 17 mai et le 22 novembre 2018. «Une délégation spéciale chargée de l’expédition des affaires courantes du Conseil durant la période de suspension» avait alors été nommée.

Dans son dernier communiqué du 22 novembre, le ministère a exhorté les parties à procéder «avant l’achèvement de la nouvelle suspension, à une autocritique et s’engager dans une nouvelle approche basée sur la solidarité et la coopération constructive, tout en privilégiant l’intérêt général aux considérations personnelles».

La crise que connait le Conseil de la région est la conséquence de la victoire étriquée d’Abderrahim Bouaida lors des élections du 14 septembre 2015, avec seulement une seule voix d’écart sur son adversaire Abdelouahhab Belfquih de l’USFP.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com