Menu

Terrorisme Publié

Le Sri Lanka endeuillé par une série d’attentats lors des célébrations de Pâques

Au bout de quelques heures, le bilan provisoire des attentats terroristes au Sri Lanka est passé de 158 morts à plus de 200, traduisant la rave violence de ces attaques qui ont visé trois églises, des établissements hôteliers et des agents de la police. 

Temps de lecture: 3'
Explosion à l'intérieur de l'une des églises touchées ce dimanche au Sri Lanka / Ph. DR. via Twitter

Alors que les communautés chrétiennes du monde célèbrent Pâques, celle du Sri Lanka est dans le deuil et sous le choc. Ce dimanche, plusieurs explosions ont secoué des églises et un hôtel dans le pays, tuant au moins 290 personnes et faisant plus de 500 blessés, principalement des fidèles qui célébraient la messe de ce dimanche aussi particulier en temps de fêtes religieuses. Selon la police, ce bilan pourrait s’alourdir dans les prochaines heures, au vu de la violence des attaques.

En effet, l’AFP explique que les explosions se sont faites en deux temps. Six ont d’abord visé trois églises, dont le sanctuaire Saint-Anthony et Saint-Sébastien de Negombo à Colombo, la capitale sri lankaise, ainsi que Batticaloa, à l’est de l’île. Quelques heures plus tard, deux nouvelles déflagrations se sont produites, l’une dans un complexe hôtelier à Dehiwela (sud de la capitale sri-lankaise) faisant deux morts et l’autre, tuant trois policiers dans une attaque kamikaze.

Des attentats pressentis depuis quelques jours

Dans la foulée, le ministère de la Défense a décrété un couvre-feu de douze heures à compter de 18 h (heure locale). Aussi les réseaux sociaux ont été bloqués par le gouvernement, par prévention contre la prolifération de fausses informations.

Si les attentats terroristes n’ont pas encore été revendiqués, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe parle d’«attaques lâches». Le chef de la police nationale Pujith Jayasundara, lui, avait alerté ses services il y a dix jours sur un mouvement islamiste appelé NTJ (National Thowheeth Jama’ath) projetant «des attentats suicides contre des églises importantes et la Haute commission indienne».

Le président srilankais Maithripala Sirisena a exprimé son choc, tandis que, le ministre des Finances Mangala Samaraweera a déclaré sur Twitter que les attaques avaient tué «de nombreux innocents [dans] une tentative coordonnée pour provoquer des meurtres, le chaos et l’anarchie».

Des appels à «punir sans pitié» les coupables

Relayé par 20minutes, l’archevêque de Colombo, Malcom Ranjit, appelle à demande au gouvernement de «mener une enquête solide et impartiale pour déterminer qui est responsable de cet acte et aussi de le punir sans pitié, car seuls des animaux peuvent se comporter ainsi». Il appelle également ses concitoyens à «la paix et l’harmonie» et «à ne pas se faire justice eux-mêmes».

En lien avec les attaques, le Premier ministre a annoncé plus tard que huit personnes ont été arrêtées, sans donner les circonstances de leur interpellation. En effet, le gouvernement n’a pas encore donné d’éléments exhaustifs sur le modus operandi de ces attentats, mais selon la police et des témoins, au moins trois kamikazes seraient impliqués.

Dans l’hôtel de luxe Cinnamon Grand notamment, l’un d’eux aurait activé sa bombe «dans la file de clients attendant de pouvoir entrer pour un buffet de Pâques dans un restaurant de l’établissement». Parmi les victimes, une trentaines sont de nationalisés étrangères.

Par ailleurs, les attentats ont suscité des réactions à l’international, notamment au Royaume-Uni où la Première ministre Theresa May a adressé ses «plus sincères condoléances [à] toutes les personnes affectées». Le président français Emmanuel Macron dit quant à lui condamner «fermement» des «actes odieux». Pour sa part, la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a déclaré que «de tels actes de violence en ce jour saint sont des actes de violence contre toutes les croyances».

Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a également condamné ces actes terroristes en faisant part à son homologue srilankais de sa solidarité avec les victime et leurs proches. Cité par la MAP, un communiqué du porte-parole du gouvernement, Kanze Dena, rappelle par ailleurs que le pays a été frappé par des attentats meurtriers, tout en réitérant compassion au peuple srilankais.

La chancelière allemande Angela Merkel, elle, a affirmé que «la haine religieuse et l’intolérance qui se sont manifestées de façon terrible aujourd’hui ne doivent pas l’emporter», tout en présentant ses condoléances. De son côté, le président américain Donald Trump a condamné des «attaques terroristes horribles».

Article modifié le 2019.04.22 à 11h53

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com