Menu

Société Publié

Maroc : Des associations se mobilisent pour identifier les victimes de la traite

Six organismes ambitionnent de converger leurs efforts pour mieux identifier les victimes de traite des êtres humains, comptabilisées surtout parmi les femmes et les filles exploitées dans l’esclavage moderne, à savoir l’exploitation dans le travail.

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration / Ph. DR.

Au Maroc, six acteurs de la société civile lancent un projet pour coordonner leurs actions afin de mieux identifier les victimes de traite des êtres humains dans le pays, qui se comptabilisent particulièrement parmi les travailleuses de maison. C’est ce qui rend justement difficile leur identification en tant qu’exploitées, de surcroit victimes de traite, puisque leur lieu de travail est non seulement un espace clos mais également un espace privé.

Ainsi, l’association INSAF, Action écoute et orientation, Afrique culture Maroc, Al Karam et Voix des femmes marocaines ainsi que le Comité contre l’esclavage moderne (CCEM) lancent le projet SAVE (Soutien dans l’identification et l’accompagnement des victimes de traite des êtres humains). Son objectif ? «Renforcer des capacités opérationnelles et techniques des acteurs de la société civile marocaine dans l’identification des victimes de traite êtres humains à des fins d’exploitation par le travail et l’accompagnement juridique spécialisé et adapté, en collaboration avec les institutions», indique un communiqué parvenu à Yabiladi.

Responsable du pôle de lutte contre le travail des enfants au sein de l’association INSAF, Omar Saadoun nous explique les raisons du lancement de cette initiative, pour laquelle une rencontre publique est prévue le 16 avril prochain. «Au moment de l’approbation du projet de loi 19.12 fixant les conditions de travail et d’emploi des travailleuses et travailleurs domestiques, le Maroc a aussi adopté une loi (27.14) contre la traite des êtres humains ; depuis le temps, les associations ont appelé à l’harmonisation des deux textes de loi, de manière à ce que le deuxième comble les lacunes du premier et renforce les peines des employeurs qui exposent leurs travailleuses à des situations d’esclavage moderne», nous déclare-t-il.

Bénéficier du savoir-faire entre associations en France et au Maroc

Omar Saadoun souligne l’importance de bénéficier du savoir-faire du CCEM qui travaille depuis 1994 sur la question pour renforcer les capacités des association marocaines concernées et leur donner les outils nécessaires à une meilleure identification, signalement et accompagnement de cas d’exploitation, en mobilisant par ailleurs les différents acteurs juridiques et sociaux.

En Effet, le CCEM combat «toutes les formes de traite et d’exploitation des êtres humains à des fins d’exploitation par le travail, notamment domestique» et «apporte une assistance sociale et juridique aux victimes dans toute la France» en dénonçant ces situations partout ailleurs, en interpellant les pouvoirs publics et sensibilisant l’opinion publique. «En 25 ans, il a porté assistance à plus de 800 victimes dans plus de 300 procès jusque devant la Cour européenne des droits de l’Homme», indique l’association.

Pour mener à bien de travail, la rencontre du 16 avril prochain permettra d’échanger entre associations pour savoir comment chacune d’elle travaille sur la question, afin de capitaliser dessus et coordonner les futures actions, d’autant plus qu’un échange de pratiques au niveau régional est prévu à la fin de ce projet qui durera trois ans. Dans ce sens, Omar Saadoun souligne l’importance du travail de sensibilisation qui se fera parallèlement auprès des citoyens, des juges et des avocats, notamment à travers les médias, pour éclairer les uns et les autres sur l’importance de la mise en œuvre de la loi 27.14 dans les cas des travailleuses exploitées.

Selon le rapport annuel de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), 70% des victimes de la traite des personnes dans le monde sont les femmes et les filles. Le document indique qu’en Afrique du Nord, Maroc compris, la traite domestique prime, au moment où celle des mineurs bénéficie encore d’une opacité la rendant difficilement détectable.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com