Menu

Religion   Publié

Face à la radicalisation, le roi et le pape François pour le renforcement du dialogue interreligieux

Dans son discours devant le pape, le roi Mohammed VI a pointé du doigt les sirènes de la radicalisation, en vogue actuellement. De son côté, le pape a plaidé pour un «dialogue authentique» entre les religions.

Temps de lecture: 3'
Le roi Mohammed VI et le pape François, samedi 30 mars à Rabat, lors de la visite officielle du souverain pontife au Maroc. / DR

Devant le pape François, Mohammed VI a choisi de prononcer un discours en quatre langues : l’arabe, le français, le castillan et l’anglais. Un texte que le roi a saisi pour réitérer son statut de «commandeur des croyants ; des croyants de toutes les religions». Le souverain avait déjà revendiqué ce statut à l’occasion d’un voyage à Madagascar en novembre 2016.

Aujourd’hui à Rabat, il a réaffirmé ce qu’il avait déjà déclaré il y a trois ans lors d’une interview accordée à des médias malgaches : «Je ne peux parler de terre d’Islam comme s’il n’y vivaient que des musulmans. Je veille, effectivement, au libre exercice des religions du Livre et Je le garantis. Je protège les juifs marocains et les chrétiens d’autres pays qui vivent au Maroc.»

Résolument engagé dans la promotion du dialogue interreligieux, le souverain a reconnu que ce «dialogue entre les religions abrahamiques est manifestement insuffisant dans la réalité d’aujourd’hui. Au moment où les paradigmes se transforment, partout et sur tout, le dialogue interreligieux doit aussi faire sa mue».

Une nécessité, alors que les sirènes de la radicalisation gagnent au fil des jours de nouveaux terrains et de nombreux adeptes. Pour y faire face, «la réponse n’est ni militaire ni budgétaire ; elle a un seul nom : l’éducation», a-t-il précisé.

«Mon plaidoyer pour l’éducation est un réquisitoire contre l’ignorance : ce sont les conceptions binaires et la méconnaissance qui menacent nos civilisations. Jamais la religion. C’est pourquoi, aujourd’hui, en tant que Commandeur des Croyants, Je plaide pour que soit redonnée à la religion la place qui est la sienne, au sein de l’éducation.»

Le roi Mohammed VI

Le pape adresse un message aux chrétiens du Maroc

Le pape François a également plaidé pour «le dialogue interreligieux et la connaissance réciproque entre les fidèles» de l’islam et de la chrétienté. Le chef du Vatican a appelé à unir les efforts «pour donner une nouvelle impulsion à la construction d’un monde plus solidaire, plus engagé dans l’effort honnête, courageux et indispensable d’un dialogue respectueux des richesses et des spécificités de chaque peuple et de chaque personne (…), surtout en ce temps où l’on risque de faire des différences et de la méconnaissance réciproque, des motifs de rivalité et de désagrégation».

Le pape François a souligné que le «dialogue authentique» exige «de ne pas sous-estimer l’importance du facteur religieux pour construire des ponts entre les hommes et pour affronter avec succès les défis précédemment évoqués. Dans le respect de nos différences, la foi en Dieu nous conduit, en effet, à reconnaître l’éminente dignité de tout être humain, ainsi que ses droits inaliénables».

Depuis Rabat, le souverain pontife a eu l’occasion de réaffirmer son engagement et son entière solidarité avec les autres fidèles. «Il nous faut toujours passer de la simple tolérance au respect et à l’estime d’autrui. Car il s’agit de découvrir et d’accueillir l’autre dans la particularité de sa foi et de s’enrichir mutuellement de la différence, dans une relation marquée par la bienveillance et la recherche de ce que nous pouvons faire ensemble». Un message de paix alors que les voix appelant à exclure les autres sont légion en Europe.

Le pape a, par ailleurs, affirmé que «les chrétiens se réjouissent de la place qui leur est faite dans la société marocaine. Ils ont la volonté de prendre leur part à l’édification d’une nation solidaire et prospère, en ayant à cœur le bien commun du peuple. De ce point de vue, l’engagement de l’Église catholique au Maroc, dans ses œuvres sociales et dans le domaine de l’éducation à travers ses écoles ouvertes aux élèves de toute confession, religion et origine, me semble significatif».

«Aussi, en rendant grâce à Dieu pour le chemin parcouru, permettez-moi d’encourager les catholiques et les chrétiens à être ici, au Maroc, des serviteurs, des promoteurs et des défenseurs de la fraternité humaine.»

Le pape François

Article modifié le 2019.03.30 à 19h01

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com