Menu

Société Publié

Christchurch : Le CFCM porte plainte contre Facebook et Youtube après la diffusion de la vidéo

Temps de lecture: 1'
Des Néo-Zélandais rendent hommages aux victimes de l’attentat de Christchurch, samedi 17 mars 2019, aux jardins botaniques de la ville. / Ph. MICK TSIKAS/EPA/MAXPPP

La diffusion de la vidéo du massacre de 50 musulmans par un extrémiste australien à Christchurch, qui a fait réagir plusieurs responsables politiques, a choqué dans les rangs des instances musulmanes françaises.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a en effet annoncé ce lundi qu’il portait plainte contre Facebook France et Youtube France pour avoir diffusé cette vidéo, le massacre ayant été entièrement filmé par son auteur pendant 17 minutes.

Le CFCM porte plainte pour «diffusion de message à caractère violent incitant au terrorisme ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine susceptible d’être vu ou perçu par un mineur», selon la plainte envoyée lundi au procureur de la République de Paris, dont une copie a été transmise à l’agence France-Presse (AFP). Ces faits sont punis de trois ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.

Le CFCM fait valoir que les «actes de terrorisme étaient maintenus» sur Facebook «29 minutes après le début» de sa diffusion, «avant que les modérateurs de Facebook le retirent. Minutes durant lesquelles des mineurs ont eu accès à ce film, et notamment des mineurs de confession musulmane, profondément traumatisés par ce film». Le Conseil ajoute que «le défaut de célérité de Facebook pour supprimer la vidéo litigieuse a eu pour conséquence sa publication sur YouTube peu de temps après le direct» et que la vidéo «a ainsi été diffusée sur le territoire national par le biais de ces deux plateformes».

La diffusion en direct a été visionnée moins de 200 fois. Malgré le retrait de la vidéo originale, celle-ci a été rapidement relayée et largement partagée sur d’autres plateformes, notamment Instagram ou WhatsApp (appartenant également à Facebook), mais aussi sur Reddit, 4chan, Twitter ou YouTube. Facebook avait auparavant déclaré avoir supprimé plus de 1,5 million d’exemplaires de la vidéo au lendemain de l’attentat, précisant que 1,2 million de ces copies ont été bloquées lors du téléchargement.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com