Menu

Finance Publié

Diaspo #84 : Tarek Elmarhri, un trader en quête de challenge

Tarek Elmarhri a monté en 2013 une société de trading pour les traders indépendants. Il espère en lancer une à Casablanca, poumon économique du Maroc pour, dit-il, répondre à une demande qui va crescendo dans le royaume.

Temps de lecture: 3'
Tarek Elmarhri espère installer une salle de marché en partenariat avec Casablanca Finance City. / DR

«J’ai besoin de me fixer des objectifs, et surtout de les dépasser.» Tarek Elmarhri, 39 ans, a un métier que d’aucuns ne sauraient définir précisément tant il confère au mystère : il est trader. Ce natif d’Ambérieu-en-Bugey (Ain), de parents marocains originaires de Oued Zem, a créé en 2013 sa société de trading, Krechendo Trading. Basée à Paris, à deux pas de l’arche de la Défense – quartier d’affaires oblige –, son entreprise compte 23 traders indépendants. Elle intervient auprès de sociétés, de gestionnaires de fonds, de banques, de particuliers ou de traders «qui veulent affiner leur stratégie de crédit», nous explique Tarek Elmarhri.

«Je savais qu’il y avait des traders qui avaient la possibilité de ne plus travailler en banque parce qu’ils avaient touché leur bonus, et qui voulaient disposer d’une infrastructure de travail professionnel. J’ai donc lancé la première salle de marché pour traders indépendants avec la possibilité, parallèlement, de conseiller des particuliers, des gérants de fonds et des sociétés sur la mise en place de stratégies de trading et la façon de gérer son risque», précise-t-il. Il ajoute : «On se déplace, on va également dans de grosses sociétés pour former l’équipe dirigeante sur la couverture de changes, de devises et de matières premières.» Tarek Elmarhri est aussi consultant pour la presse financière et généraliste, «notamment pour LCI, TF1, BFM TV, M6, France 2 ou encore Canal +».

Il est également intervenu en tant que conseiller technique pour le film «L’Outsider» (2016), de Christophe Barratier, qui retrace l’affaire Jérôme Kerviel, du nom de ce trader accusé en 2008 d’avoir mis en péril la Société générale par des prises de risque inconsidérées, devenu malgré lui le symbole des dérives de la finance. «On a coaché les acteurs, notamment François-Xavier Demaison, pendant quatre semaines en leur donnant la réplique», précise Tarek Elmarhri.

Bientôt une salle de marché pour trader à Casablanca ?

Diplômé d’un master de trading finance de l’École supérieure libre des sciences commerciales appliquées (ESLSCA), il a travaillé pour la société Marex Spectron à Londres, une salle de marché spécialisée dans les produits dérivés, puis à Amsterdam et à New York, au sein du groupe Millennium Management, entre autres. Et il n’a pas perdu le goût des séjours à l’étranger : avec sa société, il se déplace en Belgique, aux Emirats arabes unis, en Angleterre et au Maroc.

A Casablanca, poumon économique du royaume, il espère installer une salle de marché en partenariat avec Casablanca Finance City «au cours du deuxième semestre 2019».

«Beaucoup de Marocains viennent à Paris pour se former au trading et repartent au Maroc. Je reçois énormément de demandes. Ce qui se passe actuellement au Maroc en matière de trading peut s’apparenter à ce qui s’est passé en France dans les années 90 ; le milieu s’est vraiment libéralisé.»

Tarek Elmarhri

Prime à la performance

Pour lui, le profil scientifique des étudiants marocains «est un véritable atout dans cette spécialité. Dans les salles de marché des banques européennes, il y a énormément de Marocains et ils sont très compétents».

Sa passion pour le trading, Tarek Elmarhri la tient certainement de sa volonté «à toujours [se] dépasser». Cet ancien champion d’athlétisme, qu’il a pratiquée pendant douze ans, dit avoir constamment besoin de «[se] challenger». Du sprint aux marathons, le trader franco-marocain a du souffle pour relever les défis.

«C’est mon trait de caractère : j’ai besoin de me fixer des objectifs et de les dépasser. Dans le trading, on a une liberté totale dans la façon de travailler. C’est du concret : même si je m’appelle Tarek et que je fais de meilleurs résultats que Louis, je suis meilleur que Louis, un point c’est tout. Les choses sont carrées et il n’y a pas matière à discussion.» Voilà qui est dit.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com