Menu

Environnement Publié

L'OCP veut passer à 100% de ressources d'eau non conventionnelles à l’horizon 2028

L'OCP a démarré cette année son programme Economie circulaire, dans lequel la préservation de l'eau constitue l'un des piliers. Alors que le monde célèbre demain 21 mars la journée mondiale de l’eau, le groupe marocain annonce ce jeudi son objectif de ne faire appel qu'aux ressources d'eau non conventionnelles à l’horizon 2028.

Temps de lecture: 3'
Le pipeline de l'OCP reliant Khouribga à Jorf Lasfar a permis d'économiser jusqu'à «1,5 millions de mètre cube d’eau par an». / Ph. DR

En célébration de la journée mondiale de l’eau, cette denrée indispensable mais de plus en plus rare au Maroc, le groupe Office chérifien des phosphates (OCP) a annoncé ce mercredi les grandes lignes de son programme Economie circulaire.

Lors d’une rencontre de presse organisée à Casablanca, les responsables de ce nouveau programme ayant vu le jour il y a à peine 9 mois, ont exposé les ambitions de l’office étatique et ses engagements pour l’environnement.

Hanane Morchid, responsable du programme Economie circulaire au sein de l’OCP, a rappelé que l’entreprise a «toujours intégré la responsabilité environnementale dans ses stratégies d’expansion industrielle et sa vague de transformation». Pour elle, le programme Economie circulaire est «une façon disruptive et différente d’approcher l’un des piliers importants du développement durable».

«Sur l’eau, nous nous sommes posé la question de comment préserver la ressource avec l’augmentation de la production (de phosphates ndlr). Nous sommes allés chercher les ressources d’eaux non conventionnelles. Au lieu d’aller chercher l’eau de surface et l’eau de fond, nous faisons du dessalement et utilisons des eaux usées à travers la construction de stations d’épuration et la réutilisation de l'eau au sein de nos usines.»

Hanane Morchid

Devenir «le Best in Class en termes d’environnement»

L’ancienne directrice du complexe Jorf fertilizer complex 5 a également mis en exergue le rôle du pipeline de l’OCP reliant Khouribga à Jorf Lasfar dans la préservation de l’eau, estimant que grâce à ce nouveau moyen, «1,5 million de mètre cube d’eau par an sont récupéré». «Et avec la montée en cadence du pipeline, nous arriverons à 3 millions de m3 par an», ajoute pour sa part Zineb Benjelloun, responsable du programme Eau au sein du Programme Economie circulaire de l’OCP.

Ce nouveau programme est basé, d’ailleurs, sur quatre piliers : la préservation de la ressource, la production durable, la consommation raisonnée et intelligente et le pilier restauration et recyclage. «L’objectif est d’être bientôt à 100% d’eau non-conventionnelle partout et à 100% d’énergie électrique propre partout, le tout d’ici 10 ans», nous précise Hanane Morchid. «Aujourd’hui, nous sommes à 30% d’eau non-conventionnelle et 70% d’énergie électrique propre et ce, pour l’ensemble de nos infrastructures», ajoute-t-elle.

«La vision est d’être champion de l’économie circulaire dans le monde et le Best in Class en termes d’environnement.»

Hanane Morchid

Des STEP et des stations de dessalement pour du 100% eau non conventionnelle

De son côté, Zineb Benjelloun rappelle que le programme eau de l’OCP se base sur deux leviers essentiels : «l’optimisation l’utilisation de la ressource eau sur l’ensemble de la chaîne de valeur donc la préservation de la ressource à l’amont, et le recours aux eaux non conventionnelles, c’est-à-dire l’eau usée, domestique, épurée est réutilisée dans notre industrie et les eaux de mer dessalées».

«Tout cela malgré qu’on ne soit qu’on utilise moins de 0,3% des ressources du pays. Avec le nouveau programme, on tendra pratiquement vers 0.»

Zineb Benjelloun

Elle rappelle aussi que l’OCP avait lancé la réalisation de la première station d’épuration des eaux usées (STEP) en 2008 à Khouribga. Mise en service en 2010, avec une capacité de 5 millions de m3 par an, elle sera bientôt élargie pour atteindre 7 millions de m3.  Depuis, l’OCP a construit deux autres STEP, une à Ben Guérir, l’autre à Youssoufia, mises en services en 2015 avec une capacité de 5 millions de m3 par an.

«Avec le programme Economie circulaire, nous avons des études en cours pour pouvoir faire appel aux eaux épurées des villes , donc domestiques, pour les traiter et les réutiliser», nous confie Zineb Benjelloun.

«L’OCP a pris la décision ferme et volontariste d’arrêter l’utilisation des eaux souterraines à l’horizon 2020. On utilise les eaux de surface en remplacement pour le moment tout en augmentant la part de l’eau non-conventionnelle pour atteindre 100% de ressources en eau non conventionnelle en 2028.»

Zineb Benjelloun

Le groupe marocain compte également lancer bientôt une nouvelle station de dessalement d’eau de mer à Phosboucraa, qui s’ajoutera à la station actuelle et à celle de Jorf Lasfar.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate