Menu

Environnement Publié

Glyphosate : Vendu au Maroc, l’herbicide Roundup reconnu pour avoir favorisé des cancers

Temps de lecture: 1'
Edwin Hardeman poursuit en justice Monsanto en mettant en cause l'herbicide Roundup dans son cancer de la peau / Noah Berger (AFP)

Le désherbant Roundup et ses variantes a été reconnu pour avoir contribué au cancer de la peau du jardinier septuagénaire américain, Edwin Hardeman, selon un jury qui a infligé, mardi, un nouveau revers au producteur agrochimique. Selon l’AFP, ce verdict met en cause le glyphosate, composante fortement utilisée dans le Roundup, permettant ainsi d’engager une deuxième phase qui se penchera sur la responsabilité de Monsanto, racheté l’an dernier par Bayer, qui le produit et le commercialise à travers le monde.

La première étape des audiences, initiées le 25 février dernier, devait se prononcer seulement sur une «relation de causalité» entre Roundup et le cancer. En août 2018, le producteur a été lourdement condamné dans un procès similaire, à l’issue duquel il a versé 289 millions de dollars à un autre jardinier atteint de cancer.

Alors que le débat est relancé en Europe et en Amérique sur l’utilisation de ces produits contenant du glyphosate, le Roundup est encore à portée de main au Maroc. Précédemment contacté par Yabiladi, Faïçal Ouchen, secrétaire général du Syndicat national des paysans (SNP), confie que la Fédération nationale du secteur de l’agriculture (FNSA), à laquelle le syndicat est affilié, a averti à plusieurs reprises le ministère de tutelle sur les dangers de cette substance. Ces alertes sont restées sans suites, selon le militant, qui déplore que «le sujet reste très tabou au sein des institutions, où des experts subissent beaucoup de pressions pour ne pas aborder les risques sanitaires réels du glyphosate».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com