Menu

Politique Publié

Guerre au Yémen : Le Maroc se fait l’avocat de l’Arabie saoudite au sein de l’OCI

Alors que l’intervention armée de l’Arabie saoudite au Yémen est décriée aux Etats-Unis et dans certains pays de de l’Union européenne, le Maroc a volé au secours de l’Arabie saoudite au sein de l’Union des Parlements de l’Organisation de la coopération islamique.

Temps de lecture: 2'
DR

Le Maroc a très vite tourné la page du rappel pour consultation de son ambassadeur en Arabie saoudite. A la 14e session de la conférence de l’Union parlementaire des États membres de l’Organisation de la coopération islamique, qui se tient du 10 au 14 mars à Rabat, le royaume s’est fait l’avocat de l’intervention saoudienne au Yémen.

La délégation marocaine s’est opposée à une proposition de résolution rédigée par la Turquie devant figurer sur le communiqué final portant sur la «situation des musulmans au Yémen», rapporte en effet le quotidien libanais Al Akhbar. Les représentants de l’Arabie saoudite ont rejeté toute mention sur la crise au Yémen, arguant que ce point n’a pas été abordé auparavant par le conseil exécutif de l’Union parlementaire, ajoute la même source.

La proposition turque a été fortement soutenue par des pays de l’OCI comme le Liban, la Syrie et le Soudan. Face à une question aussi clivante comme la guerre au Yémen, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, est intervenu en soutien de la délégation saoudienne. Il a demandé au secrétariat général de rédiger un rapport sur la situation au Yémen et des musulmans dans les autres pays. Un texte qui devrait faire l’objet ultérieurement d'un examen par les parlementaires de l’Organisation de la coopération islamique.

Rabat a permis une sortie honorable à Riyad

El Malki a ainsi fait d’une pierre deux coups. D’une part il a évité que ce face-à-face ne dynamite la réunion, tout en offrant aux Saoudiens une sortie «honorable». Mais il a surtout permis au Maroc de marquer des points auprès de Riyad même s’il ne participe plus à la guerre que mène le royaume wahhabite, depuis le 26 mars 2015, contre les forces houthies (chiites) au Yémen.

«Le Maroc a changé sa participation» au sein de la coalition arabo-islamique, indiquait en effet le 23 janvier dernier, Nasser Bourita dans une interview accordée à la chaîne Al Jazeera. Le chef de la diplomatie a justifié cette modification dans la nature de l’engagement marocain par «une évaluation du terrain sur tous les niveaux, notamment les développements humanitaires».

En marge de la réunion de Rabat, le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, a reçu le mardi 12 mars, le président du Conseil saoudien de la Choura, Abdallah Ben Mohammad Ben Ibrahim Al-Cheikh. Officiellement, c’est la première rencontre de haut niveau entre les deux pays après l’affaire du rappel de l’ambassadeur marocain à Riyad.                                                                                

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com