Menu

Société Publié

Projet immobilier Saada Atlantic : 16 ans d'attente et des acheteurs toujours dans l'expectative

On leur a vendu des villas de rêve, ils ont vécu 16 ans de galère. Retour sur le projet immobilier Saada Atlantic, toujours en chantier dans la région de Tanger.

Temps de lecture: 2'
Des acquéreurs manifestent contre le retard des travaux du projet Saada Atlantic. / Ph. assila02.blogspot.com

Seize ans que les acheteurs du projet immobilier Saada Atlantic se posent la même question : quand pourront-ils habiter, le temps d’une vie ou d’une saison estivale, leur maison en bord de mer, entre Asilah et Tanger ? En 2003, séduits par le concept du promoteur Mohamed Deghoughi Ben El Miloudi, qui leur propose de petites villas avec vue sur océan, plusieurs acheteurs marocains et étrangers versent une avance entre 50 000 et 100 000 dirhams et s’engagent avec le promoteur à travers la signature d’un compromis de vente.

Mais voilà, les années passent et le projet piétine. Sur les huit blocs que comprend le projet, les autorités locales ont pu obtenir le permis d’habiter pour les tranches 4 et 5, nous explique l’un des acheteurs membre de l’Association de défense des bénéficiaires du projet Saada Atlantic. «Il reste six blocs qui ne sont pas finis pour partie, dont un qui n’est même pas encore construit», déplore notre interlocuteur. Ces six blocs sont occupés par les acheteurs qui ont accepté de verser 50% du prix de leur bien depuis 2009.

Un projet plein de surprises

En 2012, le promoteur Mohamed Deghoughi Ben El Miloudi décrète une nouvelle règle : les maisons initialement vendues clé en main deviennent des maisons semi-finie. «C’était aux acquéreurs ayant versé 50% du prix de la maison de finir leurs travaux moyennant une ristourne de 4 000 à 5 000 euros, en fonction de la superficie du bien», nous dit l’acheteur. 

«Aujourd’hui, nous en avons assez. Nous revendiquons la livraison des biens pour lesquels nous avons payés et demandons que le promoteur se tienne à ses obligations morales de vendeur à acheteur.»

En 2012-2013, le promoteur «a décidé unilatéralement de ne pas terminer les finitions de ses clients, les exposant à ajouter une somme substantielle plus importante (multipliée par quatre au minimum) que les 40 000 dirhams de remise consentis, le tout pour finir eux-mêmes les travaux». Il ajoute : «Les maisons devaient être livrées clé en main mais quand il s’est retrouvé en difficulté de le faire, il a décidé d’évaluer un prix de finitions standard au plus bas prix du marché pour fixer la ristourne à appliquer à la signature finale : 40 000 dirhams pour les grandes maisons et 30 000 pour les plus petites. Cette décision a été prise sans concertation avec les acquéreurs, d’où son caractère unilatéral.»

Une garde à vue et un engagement devant les acheteurs et le procureur du roi

Dernier rebondissement : mi-février, Mohamed Deghoughi Ben El Miloudi a été placé en garde à vue à Tanger. Convoqué par le procureur du roi, il s’est engagé, devant plusieurs acheteurs représentant l’ensemble des acquéreurs (certains vivant à l’étranger) à finir les travaux «à ses propres frais» d’ici la fin du mois de juillet 2019. «Or actuellement, il y a toujours trop peu de choses visibles sur place. Jusqu’à dimanche dernier, il n’y avait que trois ouvriers et deux maisons seulement en travaux. A ce rythme, on craint que le délai ne puisse être respecté», s’inquiète notre interlocuteur. D’autant que ces dernières années, le promoteur a réclamé plusieurs sommes d’argent pour finir les travaux selon ses dires – que les clients ont accepté de verser.

«Ils se disaient également prêts à collecter des sommes pour pallier les difficultés financières du promoteur.»

Aujourd’hui, une question subsiste : où sont donc passées les sommes investies par les acquéreurs ces seize dernières années, au vu de l’avancée quasi-nulle des travaux ? Une plainte a bien été déposée par l’Association de défense des bénéficiaires du projet Saada Atlantic en août 2018, mais pour l’heure, les acheteurs n’ont toujours pas la réponse.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com