Menu

Politique Publié

Le sénateur James Inhofe conduit une délégation d'élus américains dans les camps de Tindouf

Temps de lecture: 1'
James Inhofe serrant la main à Ahmed Ouyahia / DR

Après 2017, le sénateur américain, James Inhofe, est de retour dans les camps de Tindouf. Le président du puissant Comité des forces armées au Sénat n’y est pas arrivé ce dimanche les mains vides. Il est accompagné notamment par Enzi Michael Bradley, le président du Comité du Budget à la même Chambre. Quatre autres élus, les sénateurs Rounds Marion et Bozeman John, les députés Gregg Forte et Tren Kelly ainsi qu’onze assistants, ont fait également le voyage.

Une visite préparée par le lobby algérien à Washington, particulièrement la société Keene Consulting Services dirigée par David Keene, considéré comme proche du Parti Républicain et des milieux conservateurs de droite. James Inhofe fait d’ailleurs parti de ses solides réseaux au Sénat.

La délégation est arrivée samedi à Alger. Elle a été accueillie par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. C’est dire l’importance qu’accorde le pouvoir à ce déplacement dans un contexte marqué par des succès enregistrés par le Maroc à Washington. Outre l’intégration dans le budget 2019 du Sahara occidental dans les aides consacrées par l’USAID au Maroc, il y a le silence observé par John Bolton, un autre ami de Keene et d’Inhofe, depuis deux mois sur ce dossier.

Cette visite intervient alors que le Polisario se prépare à célébrer le 43e anniversaire de la création de la «RASD». James Inhofe a eu une réunion avec Brahim Ghali. Dans la déclaration à la presse du sénateur, il a surtout parlé de «l’engagement du président Donald Trump à l’égard de la liberté de ce peuple qu’il recouvrera indubitablement».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com