Menu

Economie Publié

Risque pays : Coface attribue la meilleure notation nord-africaine au Maroc

La société française d’assurance-crédit a attribué cette semaine la notation A4 pour le risque convenable au Maroc et pour son environnement des affaires. Il s'agit de la meilleure notation, en comparaison à celles attribuées à ses voisins nord-africains.

Temps de lecture: 2'
Image d'illustration. / DR

Le spécialiste mondial de l’assurance-crédit, Coface a confirmé cette semaine la notation A4 pour le risque convenable du Maroc. Le groupe français a également attribué la même notation pour l’environnement des affaires au royaume, dans son rapport annuel intitulé «Évaluation risque pays», accordant au Maroc la meilleure note en Afrique du Nord.

Dans la partie réservée au Maroc, Coface énumère les points forts du royaume, citant à cet égard sa «position géographique favorable, à proximité du marché européen», sa «stratégie de montée en gamme et de diversification de la production dans l’industrie», sa «stabilité politique et [son] engagement de réformes» ainsi que son «intégration croissante au marché africain».

Le spécialiste mondial de l’assurance-crédit ne manque pas de pointer du doigt les points faibles, citant à cet égard le fait que l’économie reste «très dépendante des performances du secteur agricole» et met en exergue les «importantes disparités sociales et régionales», «le taux de pauvreté [qui] reste important», la «faiblesse de la productivité et de la compétitivité», le «taux de chômage élevé et la faible participation des femmes au marché du travail» ainsi que la «tension politique avec les voisins régionaux».

«Grâce un environnement extérieur favorable, la croissance marocaine s’est consolidée en 2018, malgré le tassement du PIB agricole. L’activité non agricole est restée bien orientée, soutenue par la bonne performance du secteur manufacturier et une demande interne toujours dynamique.»

Rapport annuel de Coface

Une «montée du risque social» en 2019

Le groupe français prévoit notamment que la croissance de l’économie marocaine «devrait légèrement augmenter grâce à une hausse attendue du PIB agricole» en 2019. «Les importantes précipitations pluviométriques laissent augurer une bonne campagne agricole 2018/2019. La croissance de la valeur ajoutée dans les secteurs secondaires et tertiaires devrait continuer à porter l’activité, soutenue par une demande interne robuste et des exportations résilientes malgré le ralentissement de la croissance européenne», poursuit le rapport.

Coface rappelle qu’«une progression moins importante qu’attendue des recettes a fait dévier la trajectoire des finances publiques», se félicitant des «efforts de consolidation budgétaire entamés en 2013 ayant conduit à une stabilisation progressive du déficit». Les rédacteurs du rapport prévoient également une «montée du risque social» durant l’année en cours, rappelant que «la coalition issue des élections législatives de 2016 menée par le PJD semble fragile».

Coface a passé au crible 161 économies mondiales, évaluant ainsi les risques dans ces pays en réunissant expertise macroéconomique, environnement des affaires et données microéconomiques. En Afrique, la notation la plus élevée (A4) a été attribuée au Maroc, au Kenya et au Botswana. En Afrique du nord, la Tunisie et l’Algérie se sont vues attribuées la note C, représentant ainsi un «risque élevé», tandis que la Mauritanie s’est vue attribuée la notation D, représentant un risque «très élevé», la Libye une notation E (risque extrême) et l’Egypte une notation B (assez élevé).

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com