Menu

Société Publié

L'étudiante marocaine revient sur sa détention en centre fermé en Belgique

Temps de lecture: 2'
Rania Akrache / DR

La jeune étudiante marocaine de 19 ans, Rania Akrache, est revenue sur sa détention au centre Caricole de Steenokkerzeel en Belgique après n’avoir en main qu’un récépissé de demande de titre de séjour français, qui ne permet d’atterrir qu’en France.

Le dimanche 3 février, après un premier contrôle à l’aéroport de Bruxelles National, Rania se fait confisquée son passeport. «Les douaniers ne cessaient de (lui) répéter qu’elle n’était pas un voyageur normal», explique-t-elle. Un premier douanier belge se plaindra auprès de la jeune marocaine de l’administration française qui dit-il «est débordée et délivre des récépissés valables qu’en France et des titres de séjour valables partout en Europe», poursuit-elle sur son compte Facebook.

Après deux heures d’attente, le même agent lui explique qu’elle a deux choix, «accepter la décision de renvoi par le premier vol en direction de Casablanca, qui n’était qu’à 17h le lendemain», ou alors prendre un avocat ce qui «rimerait systématiquement avec une détention de 10 jours», précise-t-elle.

L’étudiante a par la suite été emmenée au centre Caricole de Steenokkerzeel dans une fourgonnette, «enfermée à l’arrière comme une criminelle». Un trajet d’une dizaine de minutes et qui ont été «les minutes les plus longues de sa vie», écrit-elle.

Au centre, Rania à qui ont a confisquée toutes ses affaires «découvre un personnel totalement indigné de (sa) présence dans leurs locaux», d’ailleurs «l’un d’entre eux a même partagé quelques larmes avec moi», poursuit-elle, affirmant qu’elle «n’a empêché aucun douanier de faire son travail et voulait de la politesse, de la gentillesse et de la compréhension» et qu’au lieu de cela elle a eu droit «à de l’excès de zèle, de la xénophobie et du sarcasme».  

Pour rappel, pour les services consulaires marocains en Belgique, «les titres de séjour ne sont valables que dans le pays où ils sont émis et les ressortissants devraient être mieux informés». Fouad Mejloufi, attaché au consulat général du Maroc, explique à la RTBF qu’«il y a neuf chances sur dix pour que la jeune fille soit refoulée directement au Maroc sans passer par la France».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com