Menu

Religion Publié

Affaire du foulard à Creil : Ghaleb Bencheikh regrette ses propos sur le roi Hassan II

Des propos maladroits sur le roi Hassan II ont valu au nouveau président de la Fondation de l’islam de France un déluge de critiques de la part de plusieurs instances musulmanes françaises.

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration. / DR

Le président de la Fondation de l’islam de France (FIF), Ghaleb Bencheikh, dit regretter une «méprise» après le malaise provoqué par ses propos, tenus le 31 janvier 2019, sur le rôle du roi Hassan II dans l’affaire du foulard à Creil, indique le site Atlas Info.

Pour rappel, le 4 octobre 1989, trois jeunes filles refusant d’ôter leur fichu en classe sont exclues d’un collège de l’Oise. L’affaire prend une tournure médiatique inattendue : plusieurs dizaines de journalistes se massent devant l’établissement scolaire pour interroger les collégiennes qui les fuient en courant.

C’est finalement Hassan II qui fera demander «personnellement et en tant que père de famille», par l’intermédiaire de l’ambassadeur du Maroc en France, aux jeunes filles d’enlever leur foulard et de reprendre le chemin de l’école.

Interrogé vendredi dernier sur sa position sur le voile lors de la présentation des vœux de la FIF, M. Bencheikh a répondu : «(…) J’ai toujours pensé, je ne l’ai jamais caché depuis l’histoire des fillettes à peine nubiles qu’on a emmitouflé à Creil sous prétexte que le Commandeur des croyants au Maroc dit qu’il faut respecter le voile, alors qu’aucune femme de sa famille n’est voilée. Et ça a commencé comme ça (…).»

«Sincèrement, dans un premier temps je n’ai pas compris en quoi mes propos étaient choquants, puis après avoir écouté la vidéo désormais postée, j’ai réalisé que j’avais omis de préciser comme je le fais dans certaines de mes conférences à propos de ce sujet, que c’est le père des fillettes qui a prétendu que c’était le commandeur des croyants qui lui enjoignait de suivre scrupuleusement ce qu’il y a dans le Coran», a fait valoir M. Bencheikh dans une déclaration ce dimanche à Atlas Info. 

Les responsables musulmans font part de leur mécontentement

La Grande mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne a exprimé dans un communiqué «son indignation». «Cette énorme contre vérité (…) est démentie par les faits historiques facilement vérifiables», a-t-elle ajouté. «Le président de la FIF, eu égard à la fonction qui est désormais la sienne, porte atteinte à la mémoire d’un défunt de manière mensongère, chose interdite par l’islam», a réagi de son côté la Grande mosquée d’Evry-Courcouronnes.

Enfin, l’antenne Ile-de-France de l’Union des mosquées de France, a dénoncé «les propos mensongers, diffamatoires et manipulateurs du nouveau président de la Fondation de l’Islam en France». Dans un communiqué, elle «rejette et condamne sans appel des propos qui, à n’en pas douter, diviseront les musulmans en France, ce qui est contraire à l’objet et à l’esprit de la FIF. Ils jetteront le doute sur les capacités de rassembleur de monsieur Ghaleb Bencheikh».

«La bourde du nouveau président de la FIF est-elle volontaire ou involontaire ? Dans un cas comme dans l’autre il s’agit d’une provocation très grave susceptible de raviver les vieux démons de la rivalité Maroc-Algérie, que les bonnes volontés de part et d’autre ont toujours cherché à éviter. Monsieur Bencheikh endosse personnellement la responsabilité des conséquences éventuelles de ses propos», souligne également l’Union des mosquées de France.

Article modifié le 2019.02.04 à 21h40

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com