Menu

Politique Publié

Marrakech : Fin de la lune de miel entre le Maroc et le prédicateur koweïtien Al Suwaidan

Il fut un temps où le Koweïtien Tareq Al Suwaidan était accueilli avec enthousiasme et les médias officiels se précipitèrent pour couvrir ses conférences alors que les participants payèrent chers pour y assister. Ce temps est révolu. En cause, les attaques du prédicateur à l’encontre du roi Mohammed VI.

Temps de lecture: 2'
Le prédicateur koweïtien Tareq Al Suwaidan. / Ph. DR

Le prédicateur Tareq Al Suwaidan est persona non grata au Maroc.Lundi 28 janvier, il devait animer une conférence à Marrakech consacrée au Prophète, son sujet de prédilection et la cause de sa renommée et de sa fortune. Le Koweïtien était l’invité de la «Fondation Iben Tachfine des études et des recherches» présidée par le tandem salafiste Adil Rfouche et Hammad El Kebbaj, tous deux très proches du PJD et anciens disciples du cheikh Mohamed El Maghraoui.

C’est justement grâce à cette proximité que le maire islamiste, Mohamed Larbi Belcaïd a mis à la disposition des organisateurs la grande salle du complexe municipal. Les préparatifs allaient bon train jusqu’à ce que tombe, dans l’après-midi du lundi, la décision de la wilaya d’interdire l’événement, rapporte le média local Kech 24.

Les deux salafistes ont, ensuite, essayé en vain de convaincre la délégation du ministère des Affaires islamique de leur ouvrir les portes du Musée Mohammed VI de la civilisation de l’eau.

Al Suwaidan s’en est pris au roi Mohammed VI

Il y a quelques années, Tareq Al Suwaidan était accueilli avec les honneurs lors de ces multiples déplacements (par exemple en 2012 et 2016) au royaume pour parler de la biographie du prophète ou pour prodiguer ses «conseils» à l’occasion de cycles de formations au profit de porteurs de petits et moyens projets industriels.

Ce temps est révolu. Les récentes attaques du prédicateur koweïtien ayant porté atteinte au Maroc et au roi Mohammed VI ont complètement changé la donne. Al Suwaidan est arrivé dimanche à Marrakech où il logeait dans un grand hôtel.

Malgré les vives protestations de certaines associations et figures de gauche ou appartenant à des mouvements amazighs, le royaume autorisait parfois des islamistes radicaux à animer des rencontres publiques. En témoignent, les deux conférences données par l’Egyptien, Omar Abdelkafi, en novembre au Théâtre Mohammed V à Rabat sur l’invitation d’une association islamiste.

Dans d’autres cas, les autorités marocaines ordonnent aux organisateurs d’annuler la programmation d’un extrémiste. Preuve en est l’annulation, en octobre 2015, de la visite du Saoudien Mohamed Al-Arifi alors qu’il était convié par le Mouvement unicité et réforme (MUR), la matrice du PJD.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate