Menu

Sport Publié

Les Marocains et le Ballon d’Or

La liste des nominés pour le Ballon d’or 2011 vient d’être dévoilée. Aucun Marocain ne figure parmi les 23 prétendants au titre de meilleur joueur du monde cette année. Pourtant, le football marocain a, lui aussi, eu ses génies. Rétrospective.

Temps de lecture: 2'
Mohamed Timoumi (droite), Ballon d'Or africain 1985

Le très attendu Ballon d’Or, se résume chaque année, à une lutte entre footballeurs européens et sud-américains, présentés comme les rois incontestés de la planète foot. Pour rappel, créé en 1956 par le magazine sportif France Football, le Ballon d’Or récompense jusqu’en 1994 le meilleur footballeur européen de la saison.

A partir de 1995, la récompense est décernée au meilleur joueur évoluant dans un championnat européen  sans distinction de nationalité. Cette année voit alors le premier joueur africain recevoir la récompense, le Libérien Georges Weah. C’est aussi à partir de cette année que les joueurs sud-américains, surtout brésiliens, trustent régulièrement le podium.

Depuis 2010, le Ballon d’Or a adopté une nouvelle formule, et désigne désormais le meilleur footballeur de la planète tous championnats confondus. Au cours de ses différentes mutations, le Ballon d’Or n’a jamais vu un Marocain cité dans les nominés. Pourtant, plusieurs internationaux marocains ont régné sur le football africain.

Ils furent «Joueur africain de l’année»

Au niveau du continent africain, la Confédération africaine de football (CAF)  récompense depuis 1992, le «Joueur africain de l’année». Depuis cette date, Mustapha Hadji (1998) est le seul marocain à avoir remporté ce trophée. Il est récompensé pour avoir été l’un des acteurs majeur des épopées du Maroc lors de la Coupe d’Afrique et du Mondial de la même année. Il inscrit un but dans chacune de ces compétitions. Ces faits d’armes font de lui l’un des joueurs les plus en vue du moment. Il réussit à éclipser l’Egyptien Hossam Hassan et le Sud-africain Benny McCarthy, auteurs de 7 buts chacun lors de la CAN.

Avant 1992, c’est bien sous le terme de «Ballon d’Or africain» que l’on désignait le meilleur joueur africain de la saison. Trois Marocains ont obtenu cette distinction. Le premier d’entre eux est l’illustre Ahmed Faras, en 1975. Cette année, le redoutable attaquant du Chabab Mohamedia, remporte la coupe du trône, et est finaliste de la Coupe du Maghreb des vainqueurs de coupe. L’année suivante, il conduit le Maroc à un premier sacre continental. Premier buteur marocain en phase finale de la CAN, il est à ce jour le meilleur buteur de la sélection, avec 42 buts inscrits entre 1965 et 1979.

Après Faras, il fallut attendre 10 ans pour voir un autre marocain remporter le Ballon d’Or africain. Et c’est Mohamed Timoumi qui est désigné Ballon d’Or en 1985. Sous les couleurs des FAR, le jeune meneur de jeu des FAR explose littéralement, et participe grandement au sacre de son club en Ligue des champions cette année. Même si une fracture l’empêche de disputer la finale, son talent  fait l’unanimité et fait de lui le meilleur joueur africain de l’époque.

Timoumi faisait partie de la génération dorée qui permet au Maroc de devenir le premier pays africain à passer le premier tour, lors d’une phase finale de Coupe du Monde. C’était à Mexico, en 1986. On retrouve dans cette «dream team», entre autres, Mery Krimau, mais surtout, Badou Ezzaki, qui remporte le Ballon d’or juste après Timoumi. 

Le Ballon d’Or Africain créé par France Football, était décerné dès 1970. Jusqu’en 1992, année où le titre devient celui du Joueur africain de l’année, le Maroc aura donc inscrit trois de ses joueurs au palmarès. A cette époque seuls le Cameroun (6) et le Ghana (5) avaient fait mieux.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com