Menu

Politique Publié

Espagne : L’Andalousie menacée par le fondamentalisme, selon le parti d’extrême droite Vox

La formation grossit une réalité pourtant très nuancée par les chiffres du ministère de l’Intérieur. Sur les personnes arrêtées entre 2012 et décembre 2018 pour terrorisme jihadiste, 5% seulement l’ont été en Andalousie.

Temps de lecture: 3'
Santiago Abascal, président du parti Vox. / DR

Le fondamentalisme islamique représente-t-il une réelle menace en Andalousie ? Oui, estime le parti Vox, à l’extrême droite de l’échiquier politique. «La Junte d’Andalousie collaborera par tous les moyens mis à sa disposition pour empêcher la menace [que représente] le fondamentalisme islamique», stipule le point n°29 de l’accord signé mercredi 9 janvier entre Vox et le Parti populaire (PP), en vue de faciliter l’investiture de Juan Manuel Moreno à la présidence du gouvernement andalou, indique El Confidencial.

Santiago Abascal, président de Vox, a ainsi mis sur la table des négociations une mesure à laquelle il tient. Parmi les «100 mesures pour que vive l’Espagne», proposées par la formation, il est notamment question de la fermeture des mosquées fondamentalistes, la récupération du contrôle de «nos frontières», la détention et l’expulsion d’imams extrémistes. Le parti demande également une «réciprocité religieuse» avec les pays islamiques et s’oppose aux négociations de l’entrée de la Turquie au sein de l’Union européenne.

Les données du ministère de l’Intérieur relativisent pourtant cette «menace». Il en ressort que sur les 313 personnes arrêtées entre 2012 et décembre 2018 pour terrorisme jihadiste, 17 l’ont été dans les provinces andalouses. Soit seulement 5% du total. Si inquiétude il devait y avoir, c’est en Catalogne que les chiffres sont plus élevés : 96 djihadistes ont été arrêtés au cours de la même période, huit autres sont morts lors des attentats du 17 août 2017 et 58 opérations antiterroristes y ont été menées. De plus, des dizaines de combattants originaires de Catalogne sont partis en Irak ou en Syrie.

Des références historiques à l’interprétation tendancieuse

El Confidencial fait état d’une analyse réalisée par les chercheurs Fernando Reinares et Carola García Calvo, de l’Institut royal Elcano, un think tank d’études internationales et stratégiques, selon laquelle entre 2013 et 2017, 3,2% seulement des arrestations ou des décès de djihadistes ont eu lieu en Andalousie. Des taux qui atteignent 14,3% en Catalogne.

«Le parti de Santiago Abascal est resté ancré dans l’ancienne interprétation selon laquelle les huit siècles de réalité historique d’Al Andalus sont étrangers à la construction de ce que nous appelons aujourd’hui l’Espagne. Leurs manifestations dans les médias et les réseaux sociaux en témoignent», souligne El Confidencial.

A l’image du mouvement Génération identitaire qui, en 2012, avait notamment déployé sur le chantier de la mosquée de Poitiers une immense banderole mentionnant l’année 732, date de la bataille au cours de laquelle Charles Martel a arrêté les Arabes entre Poitiers et Tours, le parti Vox a lui aussi ses références historiques. Ainsi, le 2 janvier, sur son compte Twitter, la formation a demandé à ses partisans de «ne pas oublier» l’anniversaire de «la libération de Grenade par les troupes espagnoles des monarques catholiques, mettant ainsi fin à huit longs siècles de Reconquista contre l’envahisseur musulman».

En juillet dernier, et également sur Twitter, Vox a invité à célébrer l’anniversaire de l’une des batailles les plus importantes de l’histoire du XIIIe siècle : celle de Las Navas de Tolosa, dans l’actuelle province de Jaén, dans laquelle les troupes aragonaises, castillanes, navarraises et portugaises ont vaincu l’armée du calife almohade Muhammad al Nasir. «Chez VOX, nous sommes fiers de notre histoire. C’est pourquoi nous commémorons l’une des batailles les plus héroïques de la Reconquista. Grâce à elle, l’Espagne et l’Europe ont réussi à se libérer de l’invasion islamique.»

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com