Menu

Société Publié

Derrière le mot «migrant», une litanie de mythes et de stéréotypes inexacts, selon The Lancet

La revue scientifique britannique The Lancet et l’University College de Londres s’inquiètent des stéréotypes véhiculés sur les migrants, exclus de nombreux services publics, notamment la santé.

Temps de lecture: 2'
Un migrant marche devant des tentes à Calais, en France, le 7 juillet 2018. / Ph. Denis Charlet - AFP

Des stéréotypes sans fondement sur l’immigration, notamment celui selon lequel les migrants seraient porteurs de maladies, ont été véhiculés pour justifier la mise en place, dans de nombreux pays, de politiques hostiles à ces populations, d’après un rapport publié dans The Lancet, cité par l’agence EFE.

L’analyse, élaborée par la revue scientifique britannique et une commission formée par l’University College de Londres, souligne que ces stéréotypes sont «préjudiciables» pour ces personnes et au sein des sociétés, et déplore qu’ils soient devenus la norme, notamment dans les discours aux relents populistes. «Dans le climat politique actuel, le terme migrant soulève une litanie de mythes et de stéréotypes inexacts. Bien que souvent utilisés à des fins politiques, les mensonges sur les migrants sont devenus fréquemment acceptés dans l’espace public», soulignent ainsi les auteurs de l’étude.

Refus de l’accès aux soins

«Avec un milliard de personnes en mouvement ou s’étant déplacées en 2018, la migration est une réalité mondiale, qui est également devenue un paratonnerre politique. Bien que les estimations indiquent que la majeure partie de la migration mondiale a lieu dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, le dialogue le plus important porte presque exclusivement sur la migration vers les pays à revenu élevé», ajoutent-ils.

«Ceux qui occupent des postes de pouvoir politique et économique continuent de restreindre ou de condamner publiquement les migrations afin de défendre leurs propres intérêts. Dans le même temps, les mouvements nationalistes affirment leur soi-disant souveraineté culturelle en définissant une rhétorique qui oppose les Etats, créant ainsi une urgence morale.»

Etude de The Lancet et du University College de Londres

Autant de perceptions négatives qui, dans la pratique, entachent l’accueil et la gestion des migrants, en l’occurrence sur le front sanitaire. «Les résultats en matière de santé chez les migrants sont hétérogènes, mais ils démontrent systématiquement le fardeau disproportionné de la migration forcée dans le domaine social, économique et sanitaire. Malgré la reconnaissance généralisée des nombreux risques pour la santé liés à la migration, les populations mobiles – même les migrants forcés qui fuient pour sauver leur vie – sont souvent confrontées à des politiques frontalières punitives, des détentions arbitraires, des abus et des extorsions, et se voient généralement refuser l’accès aux soins», alertent enfin The Lancet et la commission d’experts de l’University College de Londres.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com