Menu

Politique Publié

G5 Sahel : A Nouakchott, le Maroc appelé à financer des projets de développement

En attendant la réception des millions d’euros promis par des Etats et des institutions internationales, le G5 Sahel se réunit en Mauritanie. Le Maroc, hautement concerné par la sécurisation de cette zone, est appelé à contribuer dans le financement de projets de développements au profit de la population de la région.

Temps de lecture: 2'
Saâdeddine El Othmani, chef du gouvernement marocaine / Ph. DR.

Nouakchott accueille, aujourd’hui et demain, la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 Sahel. Encore une fois, le Maroc y est convié. Le chef du gouvernement, Saâdeddine El Othmani, conduira la délégation marocaine à cette réunion.

D’habitude, c’est le ministre des Affaires étrangères qui représente le royaume aux rencontres du Groupe, comme le cas a été en septembre 2017 à New York à l’occasion d’une réunion interministérielle consacrée au thème de «la sécurité et le développement dans une région francophone solidaire» et en février 2018 à Bruxelles. Nasser Bourita participe en effet à la «table ronde» de Genève sur la relance des pourparlers au Sahara.

Dans la capitale mauritanienne, l’accent sera mis sur le développement de la zone. Les organisateurs souhaitent, ainsi, passer de «la collecte de fonds pour des projets à un dialogue sur les politiques, les programmes structurants y afférents et les engagements de principe pour le financement des programmes du PIP (Programme d’Investissements Prioritaires)», indique le G5 Sahel dans un document consulté par Yabiladi.

Lutter contre les mouvements terroristes par le développement

A cet effet, quatre ateliers seront animés dans l’après-midi de ce mercredi 5 décembre par des panélistes pour échanger sur les thématiques suivantes : accès aux ressources naturelles, pastoralisme résilient et économie verte ; jeunesse sahélienne et lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent ; place de la femme dans les problématiques du Sahel ; Investir dans les pays du G5 Sahel et promouvoir l’économie et l’emploi des jeunes. Le Maroc est appelé à apporter sa pierre à l’édifice, d’autant que sur l’ordre du jour du 6 décembre est inscrit un point consacré aux «interventions des participants et annonces des contributions».

En septembre 2017 en marge de la 70e session de l’Assemblée général de l’ONU à New York, le royaume avait proposé de former des troupes et la sécurisation des frontières du Sahel. Et en février 2018 à Bruxelles, il s’est dit «disposé à développer des actions de coopérations triangulaires avec les pays de l’Union Européenne, au bénéfice de cette région.» Le Maroc ne peut que traduire ses promesses en actes. Lui, qui a longtemps revendiqué une participation dans la lutte contre les groupes terroristes très actifs au Sahel.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com